Revue de presse internationale

À la Une: Sarkozy condamné, la presse européenne salue un jugement «révolutionnaire»

Audio 05:30
Nicolas Sarkozy a été condamné lundi 1er mars à 3 ans de prison pour "corruption" et "trafic d'influence", par le Tribunal correctionnel de Paris.
Nicolas Sarkozy a été condamné lundi 1er mars à 3 ans de prison pour "corruption" et "trafic d'influence", par le Tribunal correctionnel de Paris. MARTIN BUREAU AFP/File

Publicité

L'information est reprise dans l'ensemble de la presse internationale, mais elle surtout très commentée dans la presse européenne. Avec en Une  l'image de Nicolas Sarkozy hier lundi au tribunal. « Assommé par la justice », titre le quotidien suisse Le Temps, « Condamné pour corruption, la chute de Nicolas Sarkozy », estime de son côté le Tagesspiegel en Allemagne alors qu'El Pais juge « que la justice est à l'oeuvre en France ».

Pour le quotidien espagnol, même si l'ex-président va faire appel, « ce jugement a un effet exemplaire, tout d'abord parce que c'est une réponse forte de la justice face aux intimidations répétées de Sarkozy convaincu qu'il est victime d'un complot ». Et El Pais de mettre en cause « l'ivresse du pouvoir et d'un système, celui de la Vème République qui affaiblit les contre-pouvoirs et confère une aura quasi-monarchique à son président et facilite ainsi les comportements comme celui de Nicolas Sarkozy ».

« Ce verdict ne va donc pas seulement secouer la classe politique, insiste de son côté l'éditorialiste du Süddeustche Zeitung, il va aussi ébranler l'élitisme et l'absolutisme qui caractérisent l'appareil politique et les rapports de force dans la société française. Un président en prison, c'est révolutionnaire », souligne encore le quotidien allemand.

« Sa condamnation est sans précédent en France », note de son côté le Wall Street Journal qui estime « que cela ternit l'héritage de l'ancien chef d'État qui a fondé le parti conservateur, un parti souligne le quotidien  -ancré dans la politique de la loi et l'ordre ». Et le Wall Street Journal d'égrener les procès encore à venir contre Nicolas Sarkozy, « notamment dans le courant du mois il sera jugé pour avoir enfreint les règles de financement pour sa campagne électorale en 2012 ».

« À l'orée de ce nouveau procès à venir », fait de son côté valoir l'éditorialiste du Temps, le sévère jugement prononcé hier s’impose « comme un avertissement ». L’heure - écrit-il - « est venue d’en finir, en France, avec ce gouffre sur la notion d’exemplarité qui divise juges et dirigeants élus. Une notion avec laquelle Nicolas Sarkozy, si prompt à se présenter comme une victime, a beaucoup trop flirté pour s’étonner aujourd’hui d’en payer le prix. », conclu l'éditorialiste suisse.

En Birmanie, l'armée intensifie sa répression grâce la technologie occidentale

C'est ce que révèle le New York Times, qui explique que les généraux qui ont organisé le coup d'état le mois dernier « utilisent des drones de surveillance de fabrication israélienne, des dispositifs de crackage d'IPhone européens et des logiciels américains capables de pirater des ordinateurs et d'avaler leur contenus ». Un « arsenal extrêmement sophistiqué mis à contribution pour orchestrer aujourd'hui la répression » et qui a été acquis durant la transition « démocratique » du pays. Le New York Times qui affirme avoir pu consulter « des centaines de pages des derniers budgets du gouvernement birman » décrit ainsi « l'appétit vorace de la junte pour les dernières technologies de surveillance de type militaire ». « Malgré l'interdiction de ces exportations, après la répression orchestrée contre les Rohingyas en 2017 », explique encore le quotidien « de nombreux fournisseurs occidentaux ont poursuivi leur livraison » avec pour seule clause restrictive « l'interdiction d'utiliser leur technologie pour violer les droits de l'homme ».

Les appels se multiplient pour que le prince héritier saoudien MBS soit jugé

Des militants pour la liberté de la presse et de nombreux éditorialistes exhortent le président Biden à respecter sa promesse de campagne. Le Washington Post rappelle ainsi que Joe Biden s'était engagé «à faire payer le prix au régime saoudien, nonobstant les besoins stratégiques américains du moment ». Maintenant que les États-Unis ont établi que « la responsabilité ultime du meurtre de Khashoggi incombe au Prince héritier », MBS doit donc « être jugé », martèle l'éditorialiste du Post fustigeant la possibilité que sous l'administration Biden « les despotes puissent bénéficier d'un laisser passer pour "un meurtre gratuit" ».

Un tableau de Winston Churchill s’envole à près de 12 millions de dollars

L'info est reprise dans tous les grands titres de presse, qui découvrent l'oeuvre désormais cotée de l'ancien emblématique Premier ministre britannique. Peintre à ses heures perdues, Chuchill avait ainsi immortalisé la mosquée Koutoubia de Marrakech durant la Seconde Guerre mondiale. Le tableau, vendu hier par l'actrice Angelina Jolie, s'est envolé à 11,6 millions de dollars. Pour la petite histoire, et la grande, Churchill avait offert ce tableau au président Roosevelt après la conférence de Casablanca en 1943, rapporte le Wall Street Journal, « en souvenir de ce court interlude dans le fracas de la guerre ». 

 

 

 

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail