Revue de presse internationale

À la Une : la Birmanie « au bord de la guerre civile »

Audio 05:03
Un homme lance un salut à trois doigts, symbole de la protestation, lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire, à Mandalay.
Un homme lance un salut à trois doigts, symbole de la protestation, lors d'une manifestation contre le coup d'État militaire, à Mandalay. © REUTERS

Publicité

Deux mois après le coup d'État de la junte, « la crise est en passe de dégénérer en guerre civile », s'inquiète The Australian, à l'instar également du Japan Times. Les craintes sont désormais suffisamment fortes pour que « le gouvernement américain ait ordonné l'évacuation de tous les membres de son personnel non essentiel ainsi que de leurs familles ». « Leur sécurité n'est plus garantie », insiste The Australian alors que « les milices, les factions armées du pays se préparent à la guerre », assure le quotidien australien qui met en avant la constitution en cours d’une « armée de résistance avec le mouvement pour la démocratie et les groupes armés ethniques », et notamment l'armée de libération nationale karen. Préoccupation partagée par la presse américaine, alors que la Chine a de nouveau rejeté hier « toute idée de sanction envers la junte birmane », le New York Times rapporte le réquisitoire de l'émissaire de l'ONU pour la Birmanie qui a évoqué hier « un risque sans précédent de guerre civile » et « un bain de sang imminent ». « Le monde sous-estime radicalement l'ampleur de la détérioration de la situation en Birmanie », s'alarme également l'ancien Premier ministre australien Kevin Rudd dans une interview au Guardian. Selon lui « la situation pourrait dégénérer rapidement en milliers, voire en dizaines de milliers de morts, et générer un flux massif de réfugiés à travers la région, qui impactera la stabilité et la sécurité de toute l'Asie du Sud-est, et même au-delà ».

Affaire d’espionnage : Rome dénonce « un acte hostile » de Moscou

Un capitaine de la marine italienne « pris en flagrant délit », explique le Guardian, alors qu'il transmettait des « documents confidentiels à un responsable militaire russe dans un parking romain ». « Un acte hostile et d'une extrême gravité », titre l'ensemble de la presse italienne reprenant les mots du ministre des Affaires Étrangères italien. Pour La Repubblica, il s'agit de « l'incident le plus grave avec la Russie depuis la fin de la guerre froide ». « Cela montre que notre pays est impliqué dans la nouvelle stratégie offensive russe pour délégitimer le gouvernement italien ». Le Corrierre della Serra affirme de son côté que l'officier de marine aurait notamment vendu « des fichiers "top secret" de l'Otan ». « L'intérêt de Moscou pour connaître les plans de l'Alliance atlantique était déjà apparu en août dernier, ajoute La Repubblica, quand les Français ont arrêté l'un de leurs lieutenant-colonels qui faisait partie du QG de l'Otan à Naples ». « Une place stratégique pour connaître le mouvement des navires et des avions en Méditerranée, souligne encore le quotidien, Naples est devenue un front très chaud de la confrontation entre puissances. »

Alexei Navalny entame une grève de la faim

Toute la presse internationale rapporte l'information parue hier sur le compte Instagram du « chef de l'opposition russe », comme l'appelle le Washington Post qui explique que « cette grève de la faim intervient après les tentatives infructueuses d'Alexei Navalny d'obtenir des soins médicaux ». « Notamment des injections d'analgésiques pour des douleurs dorsales et un engourdissement de la jambe droite très inquiétant ». Son avocate fait valoir que ses « problèmes de santé actuels pourraient être liés à son empoisonnement de l'été dernier, et que sa vie était menacée », souligne de son côté le quotidien suisse Le Temps.

L'agence spatiale européenne recrute de nouveaux astronautes

Un appel lancé à tous les aspirants astronautes, et largement repris dans la presse qui décrit le profil recherché par l'agence spatiale. « Votre pays est membre de l'ESA, vous avez de 27 à 37 ans, vous pouvez justifier d'une maîtrise et de 3 ans d'expériences dans le domaine des sciences naturelles, de la médecine, de l'ingénierie, des maths ou de l'informatique », alors l'aventure spatiale vous tend les bras. Dossier à déposer en ligne sur le site de l'ESA jusqu'au 28 mai prochain. L'agence recherche 4 à 6 nouveaux astronautes et fait nouveau, rapporte notamment le site Swissinfo, elle ouvre une procédure parallèle de recrutement pour les personnes handicapées des jambes ou de petite taille, pour intégrer un programme de « parastronautes ». À la clef pour les heureux élus, la promesse d'aller voir la lune de plus près.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail