Revue de presse internationale

À la Une: l’Afghanistan s'apprête à retomber aux mains des talibans

Audio 04:51
Les forces du commando afghan sur le site d'un champ de bataille où elles affrontent les insurgés talibans dans la province de Kunduz, en Afghanistan, le 22 juin 2021.
Les forces du commando afghan sur le site d'un champ de bataille où elles affrontent les insurgés talibans dans la province de Kunduz, en Afghanistan, le 22 juin 2021. REUTERS - STRINGER

Publicité

C'est « un désastre (qui) s'annonce pour l'Afghanistan », titre le Wall Street Journal alors que le président Biden doit recevoir aujourd'hui à la Maison Blanche son homologue afghan Ashraf Ghani. Objectif, « l'assurer d'un soutien diplomatique, économique et militaire », alors que le retrait des forces américaines doit s'achever au plus tard le 11 septembre prochain. « Une bien maigre consolation, estime le Wall Street Journal « alors que les talibans progressent rapidement dans tout le pays ». « 8,5 millions d'Afghans vivent déjà sous leur contrôle, dit le quotidien, « depuis mai dernier les talibans ont (ainsi) déjà pris plus de 50 des quelque 400 districts du pays ». Leur avancée est telle « que le gouvernement afghan pourrait tomber dans les six mois suivant le retrait de l'armée américaine », fait valoir de son côté le Washington Post, citant une nouvelle évaluation des services de renseignements américains qui notent que « dans tout le pays, les unités militaires afghanes déposent  leurs armes ou sont mises en déroute dans des affrontements sanglants ».

« Le président Biden a finalement accepté de déplacer des milliers de traducteurs afghans vers des pays tiers, dans l'attente de visas américains qui leur avaient été promis », souligne encore le Wall Street Journal pour qui  « cela doit être fait rapidement pour éviter un massacre ». Le quotidien américain très sombre sur l'avenir de l'Afghanistan en passe de retomber aux mains « des intégristes ». « En achevant le retrait que Donald Trump a commencé, Joe Biden devra (lui aussi) en assumer les conséquences sanglantes », prévient l'éditorialiste du quotidien. 

Le meurtrier de George Floyd, Derek Chauvin sera fixé aujourd’hui sur sa peine

Un « crime odieux qui a bouleversé l'Amérique », explique le Washington Post qui rappelle que « l'ancien policier de Minneapolis encourt 30 ans de prison après avoir été reconnu coupable du meurtre de George Floyd », cet Afro-Américain qu'il a étouffé sous son genou « pendant 9 minutes et 23 secondes ». Et le quotidien américain de s'interroger sur ce qui serait la juste sentence contre Chauvin en soulignant « qu'il serait dans l'intérêt de la justice raciale en Amérique que la punition soit moins basée sur l'émotion que sur la raison ». 

La peine, explique le Post, « doit surtout être dissuasive pour les policiers, qu'ils sachent que s'ils abusent de leur fonction comme Chauvin l'a fait, ils seront sévèrement punis ». « Dix-huit ans de prison serait alors une juste sentence », estime encore le quotidien en se basant sur de précédents procès « dans 18 ans, justifie le Post, Chauvin aura 63 ans, les États-Unis de 2039 seront majoritairement non-blanc. Mais si les policiers américains continuent à tuer environ 1 000 personnes par an, George Floyd sera mort en vain ».

JO de Tokyo : l'empereur Naruhito exprime à son tour ses inquiétudes

Une intervention rarissime, quasi exceptionnelle de l'empereur japonais, qui a ainsi « rompu le protocole, contourné l'interdiction faite aux empereurs japonais de s'impliquer dans la vie politique », titre en Une le Financial Times qui souligne l'importance d'une telle déclaration exprimée « par le grand intendant de l'empereur » en ces termes : « sa majesté est très inquiète de la situation actuelle », et redoute que les Jeux olympiques n'augmentent les infections au Covid-19.

Et voilà encore un peu plus de pression sur les organisateurs des Jeux de Tokyo « priés de tout faire pour prévenir les infections ». La déclaration de l'empereur intervient alors que la « grande majorité des Japonais reste sceptique quant à la possibilité de tenir les JO en toute sécurité », note la presse japonaise. Le Japon Times et l'Asahi Shimbun qui depuis des semaines réclament l'annulation des Jeux, soulignent en Une  « que Tokyo montre déjà les premiers signes d'un nouveau pic de Covid, quelques jours seulement après la levée de l'état d'urgence dans la capitale ». 

Covid : San Francisco rend obligatoire le vaccin pour tous les employés municipaux

« Objectif de la mairie : garantir la sécurité de tous », note le New York Times qui explique qu'à compter de lundi prochain « les 35 000 employés de la ville auront 30 jours pour présenter une preuve de leur statut vaccinal, à défaut ils pourraient être licenciés ». San Francisco devient ainsi « la plus grande ville américaine à imposer une obligation de vaccin à tous les travailleurs du secteur public qu'ils soient policiers, pompiers ou bien encore inspecteurs en bâtiment ».

Le New York Times précise encore qu'une telle obligation suscite une forte opposition dans le pays « cette semaine, dit le quotidien « 150 membres du personnel d'un hôpital de Houston au Texas ont ainsi été licenciés – ou bien ont démissionné après avoir refusé d'être vaccinés ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail