Accéder au contenu principal
Paléontologie

Léviathan Melvillei, le cachalot géant du Miocène découvert au Pérou

Le site de Cerro Colorado, dans le désert côtier du sud du Pérou, et les restes du nouveau cachalot fossile, lors de sa découverte en 2008.
Le site de Cerro Colorado, dans le désert côtier du sud du Pérou, et les restes du nouveau cachalot fossile, lors de sa découverte en 2008. © G. Bianucci.
Texte par : RFI Suivre
5 mn

En novembre 2008, lors de fouilles organisées dans le désert côtier de la région d'Ica (sud du Pérou) par une équipe internationale (*), les restes fossiles d'un cachalot géant ont été récoltés. Préparés par les paléontologues, ces documents ont fait l'objet d'une étude collaborative dont les résultats sont publiés dans la revue Nature du 1er juillet 2010.  A l'exception de quelques grandes dents isolées, seuls des animaux de taille nettement inférieure à celle du grand cachalot actuel ont été découverts.

Publicité

Les chercheurs ont choisi de le baptiser Léviathan Melvillei en l'honneur d'Herman Melville et de son roman Moby Dick ! Le cachalot géant dont on a retrouvé les restes au Pérou a vécu voici douze millions d'années : « C'est le plus gros cachalot fossile connu. Il est doté de 'dents colossales', atteignant jusqu'à 36 centimètres de longueur, soit 10 cm de plus que les plus grandes dents de cachalots actuels », explique Olivier Lambert (du Muséum national d'histoire naturelle, Paris), principal auteur de l'étude.

Reconstruction du crâne et des mandibules de Leviathan melvillei en vues latérale et ventrale. Les parties préservées sont colorées. Comparaison de 3 dents de Leviathan avec des dents de cachalot et d'orque modernes.
Reconstruction du crâne et des mandibules de Leviathan melvillei en vues latérale et ventrale. Les parties préservées sont colorées. Comparaison de 3 dents de Leviathan avec des dents de cachalot et d'orque modernes. © Nature

Grâce à une mâchoire aussi puissante, avec de longues dents ayant jusqu'à 12 cm de diamètre, ce prédateur aurait pu empêcher les tentatives de fuite des baleines à fanons, ses proies supposées : « On peut s'imaginer une proie en train de se débattre. Le Cachalot mord dans la baleine à fanons, elle se débat. Avec sa queue très puissante, il entraîne des tensions gigantesques mais ses fortes mâchoires aurait permis à Léviathan de « résister à ces tensions », raconte Olivier Lambert.

Les scientifiques n'ont rien trouvé « du squelette au-delà du crâne »

Jusqu'à cette date de novembre 2008, seules avaient été trouvées « des dents isolées, très grandes » pour ce type de cachalot, en particulier au Chili, donc « non loin des sites où on fouillait » dans l'espoir de trouver un crâne, note Olivier Lambert. Si les scientifiques se sont réjouis d'avoir trouvé une mâchoire inférieure, une bonne partie du crâne et des dents, ils regrettent toutefois de n'avoir rien trouvé « du squelette au-delà du crâne ».

L'évolution est un buisson très complexe et très ramifié et les fossiles ne sont pas un chaînon manquant.

Sébastien Steyer, paléontoloque au MNHN (Paris)

La taille de Léviathan a été estimée à partir des éléments fossiles. Avec un crâne de 3 mètres de long, la longueur totale du corps devait être de l'ordre de 13,5 à 17,5 mètres, soit « à peu près la taille du grand cachalot actuel », selon Olivier Lambert, tandis que ses proies potentielles, les baleines à fanons, devaient être « assez petites », soit quelque 7 ou 8 mètres.

Léviathan a disparu il y a plusieurs millions d'années

Ce superprédateur du milieu marin voici 12 ou 13 millions d'années avait un concurrent: « un requin gigantesque, beaucoup plus grand que le requin blanc actuel, qui devait atteindre des tailles de 12 à 15 mètres », explique encore le chercheur.

Léviathan et d'autres grands cachalots utilisant leurs dents pour attraper leurs proies ont disparu voici quelques millions d'années, alors que la lignée des cachalots chasseurs de calmars - qui aspirent leur proie toute entière - a survécu jusqu'à maintenant, avec le grand cachalot (Physeter).

Reconstruction artistique de Leviathan melvillei attaquant une baleine à fanons de taille moyenne (7m.), dans les eaux peu profondes au large de la région occupée de nos jours par le Pérou.
Reconstruction artistique de Leviathan melvillei attaquant une baleine à fanons de taille moyenne (7m.), dans les eaux peu profondes au large de la région occupée de nos jours par le Pérou. © C. Letenneur/ MNHN.

Pour en savoir plus

Lire également

- 170 MA avant les dinosaures, d'autres animaux ..., par D.Raizon, RFI

- La prodigieuse reconquête des ammonites, par D.Raizon, RFI

- Diaporama RFI / La Formation des continents, et site Geopedia/ Géologie et Sciences de la Terre

(*) Ont participé à ces travaux d'étude :

- Muséum national d'Histoire naturelle / Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

- Museo de Historia Natural, Lima

- Universitá di Pisa, Pise

- Natuurhistorisch Museum, Rotterdam

- Muséum des Sciences naturelles, Bruxelles

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.