Astronomie

R136a1 ... La plus grosse étoile jamais découverte dans l'univers

Selon les scientifiques, r136a1 serait née il y a plus d'un million d'années et serait près de 300 fois plus massive que notre soleil.
Selon les scientifiques, r136a1 serait née il y a plus d'un million d'années et serait près de 300 fois plus massive que notre soleil. ESO/P. Crowther/C.J. Evans

Une équipe internationale d'astronomes a découvert, le 21 juillet 2010, la plus grosse étoile jamais observée dans l'univers. Selon les scientifiques, elle serait née il y a plus d'un million d'années et serait près de 300 fois plus massive que notre soleil. Une découverte qui soulève des interrogations.

Publicité

Son nom n'est pas très poétique : R136a1, mais elle est la plus gigantesque étoile jamais rencontrée par les astronomes ! Son observation a été rendue possible grâce au très grand télescope chilien et au télescope spatial Hubble. Cette étoile appartient à un groupe d'astres géants situés dans une galaxie voisine de la nôtre, à 165 mille années lumières de la Terre, et son rayonnement serait 10 millions de fois plus fort que celui du Soleil. La vie terrestre serait donc impossible si elle se trouvait à la place du Soleil dans notre galaxie.

R136a1 aurait été 320 fois plus grosse que notre Soleil ...

Cette étoile fait figure de colosse dans l'univers. Selon l'équipe qui a pu l'observer, elle serait actuellement 265 fois plus massive que notre Soleil ... Mais à sa naissance -supposée avoir eu lieu il y a plus d'un million d'années-, elle aurait été 320 fois plus grosse que ce dernier.

Pour Paul Crowther, le directeur de l'équipe d'astronomes, ce genre d'étoiles perd du poids en vieillissant. Celle-ci serait à un âge intermédiaire, et aurait déjà perdu un cinquième de sa masse initiale.

Des propriétés jamais observées jusqu'à présent

Mais cette découverte suscite bien des interrogations car jusqu'à présent, les plus grosses étoiles observées dans l'univers étaient au maximum 150 plus massives que notre Soleil. R136a1 ayant été observé au centre d'un amas d'autres étoiles, certains scientifiques se demandent s'il s'agit d'une simple étoile ou d'une étoile binaire, c'est-à-dire deux astres très proches, que l'on pourrait prendre pour une seule entité.

Paul Crowther estime une telle situation envisageable, mais le rayonnement émis est si important, que l'un des deux astres possède tout de même des propriétés jamais observées jusqu'à présent.

Si cette découverte est avérée, elle pourrait bouleverser les modèles théoriques des astronomes et les inviter à revoir leurs estimations concernant la masse maximum supposée des étoiles dans l'univers soit 150 masses solaires!

La découverte de r136a1 ouvre des perspectives à la recherche sur la formation de la matière.
La découverte de r136a1 ouvre des perspectives à la recherche sur la formation de la matière. ESO/P. Crowther/C.J. Evans

A propos du Soleil, des données à revoir et à verifier ....

Afin de mieux comprendre l’influence future du Soleil sur la Terre, Picard contribuera à la reconstruction de l'histoire climatique du Soleil, et donner ainsi un éclairage nouveau à des observations anciennes du diamètre du Soleil, remontant au 17ème siècle.

A cette époque est intervenue une diminution de la température moyenne, le minimum de Maunder (1645-1715). Le Soleil a-t-il été le siège d’une « baisse de régime » à l’origine d’un refroidissement de la Terre ?

De cette époque ne subsistent que peu d’indices. Seules les mesures de diamètre du Soleil effectuées par l’astronome français Jean Picard, qui a donné son nom au satellite, sont disponibles. Il faudra déterminer si ce paramètre est corrélé avec l’activité solaire.

Les données fournies par le satellite devront répondre à cette question en permettant de reconstruire par modélisation le climat à cette époque et en comparant les résultats de ces simulations avec la réalité observée de l'époque.

Pour en savoir plus :

Consulter le site de l'European Organisation for Astronomical Research in the Southern HemisphereEuropean Southern Observatory (Eso)

Ce travail est présenté dans un article publié dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society : The R136 star cluster hosts several stars whose individual masses greatly exceed the accepted 150 Msun stellar mass limit”, by P. Crowther et al.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail