Biodiversité

La FAO propose des recettes pour atténuer les conflits homme-faune sauvage

En Afrique australe, « les animaux sauvages représentent le problème numéro un pour les populations rurales » tandis que la faune sauvage est en danger.
En Afrique australe, « les animaux sauvages représentent le problème numéro un pour les populations rurales » tandis que la faune sauvage est en danger. AFP

Comment assurer la sécurité personnelle des hommes et les épargner des dégâts occasionnés les animaux sauvages, sans attenter à la biodiversité ? L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) teste en Afrique australe un kit pour atténuer les conflits homme-faune sauvage. Recettes simples qui consistent à tirer au piment pour éloigner les éléphants ou à cacher un serpent dans du pain pour effrayer les singes ! …

Publicité

En Afrique australe, « les animaux sauvages représentent le problème numéro un pour les populations rurales » tandis que la faune sauvage est en danger. La FAO a donc mis au point un ensemble d'outils pour « résoudre, prévenir et atténuer le problème croissant des conflits entre l'homme et la faune sauvage ». La première des stratégies consiste à se doter d'un animal de garde pour être averti de l'approche de prédateurs. La FAO conseille par exemple de compter sur les ânes plutôt que sur les chiens car « ils n'ont peur de rien et peuvent faire fuir même de gros carnivores enbrayant, en mordant et en ruant ».

Dans la série farce et attrape ... piments, plein-phares et serpents ...

Ainsi, l'éléphant -dont le goût pour le maïs ou le manioc occasionne des pertes par agriculteur de 60 dollars en Ouganda à 510 dollars au Cameroun, a un point faible : le piment. La FAO recommande donc le Mhiripiri bomber, un pistolet en plastique tirant des balles de ping-pong remplies d'un super concentré de piment qui explosent au contact de la peau de l'animal ! Une autre option proposée consisterait à faire brûler en bordure des champs des briques faites de crottin d'éléphant et de poivre moulu, ou de cultiver directement le piment, « qui est de surcroît une source de revenus », note la FAO.

Autre fléau : les grands crocodiles du Nil qui peuvent peser jusqu'à une tonne semblent être « la plus grande menace de prédateurs pour l'homme ». Notant qu'un crocodile bien nourri « est moins susceptible » d'attaquer hommes ou bétail, l'organisme international recommande d'« éviter la surpêche ». Autrement dit, laissons-le trouver sa nourriture dans l'eau!

Contre les hippopotames, rien de tel que l'« éblouissement » mais il faut être prudent car l'animal « peut charger au lieu de s'enfuir »! Mieux vaut donc avoir de bonnes jambes ou le pied sur un accélérateur.

Quant aux babouins, qui ont peur des serpents et qui ne reviendront pas dans une habitation où ils en ont trouvé un, l'arme de dissuasion précionisée consisterait à en cacher un, vivant, par exemple dans une miche de pain évidée! Malin comme un singe? ...

Pour en savoir plus :

Consulter le site de la FAO / Comment faire face aux raids d'éléphants?

Lire

Les jeunes chimpanzés sont doués d’une meilleure mémoire que les humains, par C.Sotty, RFI

Un "marché du sexe" chez les singes macaques aurait précédé l'apparition de l'homme..., par D.Raizon, RFI

Les chutes de Kongou, une pomme de discorde, par P.Simonet, RFI

Les orangs-outans disparaissent avec leur forêt, par D.Raizon, RFI

Les derniers gorilles de montagne menacés par un feu de brousse, par D.Raizon, RFI

Le déséquilibre des écosystèmes menace l’Afrique, par D.Raizon, RFI

Les chimpanzés partagent la viande, plus si affinité, par D.Raizon, RFI

On n’apprend pas aux singes à faire des affaires, par D.Raizon, RFI

Nos cousins, les grands singes !, par D.Raizon, RFI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail