Marée noire en Louisiane

Golfe du mexique : un vaste panache d'hydrocarbures détecté par des océanographes

AFP/ Mark Wilson

Un article publié dans la prestigieuse revue américaineScience bat en brèche les projections les plus optimistes sur la dispersion du pétrole échappé de la plate-forme pétrolière DeepWater Horizon dans le golfe du Mexique. Des océanographes américains ont détecté un vaste panache d'hydrocarbures qui s'étend sur au moins 35 kilomètres et à plus de 900 mètres de fond.

Publicité

Embarqués à bord du sous-marin Sentry, douze océanographes ont traqué pendant 9 jours le «nuage» -c'est ainsi qu'il est désigné- formé de composants de pétrole dispersé, de benzène, toluène, éthybenzène et xylène. La présence de ce panache prêtait à polémique jusqu'à cette découverte, bien réelle.

Quinze jours après que les autorités américaines ont annoncé la disparition de 75 % du pétrole déversé dans le golf du Mexique -évaporé, brûlé, ou dispersé et récupéré en mer- l'étude mobilise les chercheurs du Wood Hole Oceanographic Institution, le plus grand institut mondial et privé d'études océanographiques à but non-lucratif : les scientifiques constatent que si la biodégradation du pétrole grâce aux microbes des grands fonds océaniques est réelle elle est aussi très lente.

Réalisée entre le 19 et le 28 juin 2010, l'expédition sous-marine a procédé à 6000 prélèvements sous-marins dans un périmètre de 4 kilomètres autour du puits. Les chercheurs concluent désormais que le nuage est persistant et qu'il s'étend sur 35 kilomètres de long et quasiment 2 kilomètres de largeur pour une épaisseur de 200 mètres.

L'information est d'autant plus inquiétante alors que la quasi-totalité des eaux de Louisiane ont été rouvertes à la pêche en début de semaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail