Accéder au contenu principal
Espace

Inauguration du centre d’analyse des données SMOS

Les données transmises par Smos permettent d’améliorer les prévisions météorologiques.
Les données transmises par Smos permettent d’améliorer les prévisions météorologiques. Cnes
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Le 15 octobre 2010, le Centre Ifremer de Brest inaugure le Centre Aval de Traitement des Données SMOS (CATDS), où sont traitées les informations livrées par le satellite; Smos analyse deux variables clés du suivi du climat : l’humidité des sols et la salinité à la surface des océans, données essentielles pour comprendre le cycle de l’eau et l’évolution du climat.

Publicité

Les premiers résultats d’informations livrées par le satellite Smos, étant collectées, les scientifiques du Centre Aval de Traitement des Données SMOS (CATDS), situé au Centre Ifremer de Brest, préparent ensuite ces données qu’ils diffusent aux scientifiques du monde entier; données qui permettent d’étudier le cycle de l’eau afin de mieux comprendre le changement climatique et d’améliorer les prévisions météorologiques.

Pour la première fois, les données transmises par SMOS permettent d’obtenir  des mesures permettant d’évaluer globalement l’humidité superficielle sur les continents terrestres et la salinité à la surface des océans -des variables clefs du cycle global de l’eau.

Entre collecte et analyses ...

Traitées au centre de l’Esa installé à Villafranca en Espagne, elles sont ensuite envoyées au Centre Aval de Traitement des Données Smos (Catds) au Centre Ifremer de Brest où sont produites des données plus évoluées, diffusées à la communauté utilisatrice.

En parallèle, des centres d’expertise, l’un dédié à l’humidité des sols et installé au Cesbio à Toulouse, l’autre dédié à la salinité des océans au Centre Ifremer de Brest, ont pour rôle d’améliorer les algorithmes de traitement et sont garants de la qualité des produits. Mesurer la salinité des océans de manière globale permet par ailleurs de suivre la circulation océanique et les modifications des grands courants froids et chauds qui influencent le climat, et ainsi effectuer des bilans de l’apport en eau douce dans les océans et mieux comprendre les interactions entre le climat et les océans tropicaux.

Améliorer les prévisions météorologiques, mieux appréhender les changements climatiques

Développé sous maîtrise d’ouvrage du CNES en coopération étroite avec l’Ifremer intervenant comme assistance à maîtrise d’ouvrage, ce Centre de Traitement élabore ainsi des produits jamais obtenus jusqu’alors pour améliorer les prévisions météorologiques et mieux appréhender les changements climatiques, prévoir les événements extrêmes (inondations, sécheresse, cyclones,..), aider à une meilleure gestion des ressources en eau et contribuer à la prévision des récoltes.

Le 2 novembre 2009, le satellite européen Smos a été mis en orbite. Il est chargé de cartographier à la fois la salinité de la surface des océans et l'humidité des sols de l'ensemble de la planète.

Menée par l'Agence spatiale européenne, en collaboration avec le Cnes et le Centre espagnol pour le développement technologique et industriel (CDTI), la mission a été imaginée par les chercheurs du Centre d'études spatiales de la biosphère (Cesbio)1 qui ont inventé l'instrument de Smos, un interféromètre qui relie 69 petites antennes sur trois bras télescopiques déployés en forme d'Y. Elles mesurent des micro-ondes, émises par la Terre, dont les caractéristiques dépendent de l'humidité du sol et de la salinité des océans.

Plus d'infos :

CNRS
1. Laboratoire CNRS /Université Paul-Sabatier/ Cnes / IRD.
 

ESA/ill.Pierre Carril

Plus d'infos:

Consulter aussi le site de l'Office international de l'eau

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.