Paléo-anthropologie

Découverte en Erythrée d’un nouvel hominidé

Le torus supraorbitaire lors de sa découverte sur le site le 13 décembre 2010.
Le torus supraorbitaire lors de sa découverte sur le site le 13 décembre 2010. © T. Medhin/CNRS
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Une équipe de chercheurs franco-italiens a découvert de nouveaux restes humains fossiles datant d’environ 1 million d’années en décembre 2010 en Erythrée (Afrique orientale). Cette découverte confirme le rôle central du bassin sédimentaire de Buya pour la reconstruction d'une phase tout à fait particulière de l’histoire naturelle du genre Homo. Ce bassin est situé dans la dépression dite "dancalienne" de l'Afar -du nom de sa région septentrionale située sous le niveau de la mer.

Publicité

Le 13 décembre dernier, l’équipe a confirmé la richesse de ce gisement fossilifère du Pléistocène inférieur grâce à la découverte de plusieurs fragments d'un crâne adulte.

Le site est toujours intact et, grâce à des fouilles systématiques, les prochaines campagnes de terrain permettront une meilleure connaissance des contextes chronologiques et environnementaux et, vraisemblablement, la découverte de nouveaux restes humains.

Le Muséum national d'Histoire naturelle explique que cette découverte jette une nouvelle lumière et ouvre des nouvelles perspectives sur une période fondamentale mais souvent méconnue de l’évolution humaine.

Les restes humains de cette époque et disponibles à ce jour sont très rares

Si les chemins évolutifs qui ont abouti à l’apparition de nos ancêtres directs et, finalement, à l'émergence de la forme Homo sapiens, trouvent leurs racines dans cette période, malheureusement, les restes humains de cette époque et disponibles à ce jour sont très rares même en Afrique et, à l’exception de ceux de Buya et du crâne de Daka (en Ethiopie), ils sont souvent très fragmentaires.

Depuis deux siècles les découvertes d'hominidés se succèdent et s'accélèrent... Le site Hominidés retrace une chronologie des différentes découvertes effectuées depuis 1856. Des restes d'Hominidés vieux de plus de 3.000.000 d'années ont été découverts dans les dépôts périlacustres à la base de la formation d'Hadar, en Afar (cf.site en anglais Scientific Commons)

La paléontologie humaine, par son analyse évolutive du monde, dresse le tableau des espèces disparues de notre lignée et fournit ainsi le cadre indispensable pour détecter comment notre animalité s'est dotée d'une "hominité". Cette émergence est mise en évidence grâce aux ossements de nos ancêtres conservés dans le sol d'Afrique. (cf.Encyclopédie Larousse)

Pour en savoir plus :

Consulter les sites

- du CNRS / programmes de recherche en paléontologie et / région de l'Afar

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail