Drogues

L'OICS s'inquiète du développement des drogues synthétiques

Selon l'OICS, l'Asie du Sud est l'une des principales régions fournisseuses en produits chimiques pour les drogues de synthèse.
Selon l'OICS, l'Asie du Sud est l'une des principales régions fournisseuses en produits chimiques pour les drogues de synthèse. Getty Images/Sean Garnsworthy

Le rôle de la corruption est un des thèmes centraux du rapport annuel 2010 de l'OICS, rapport qui souligne en outre l'augmentation importante, en Europe, de l'usage des drogues de synthèse (ou designer drugs) -des drogues dont la structure moléculaire est modifiée pour échapper aux réglementations.

Publicité

« Au vu des risques pour la santé que pose la consommation des designer drugs, nous appelons les gouvernements à adopter des mesures nationales de contrôles pour empêcher la fabrication, le trafic et la consommation de ces substances (..) qui ont pris des proportions inquiétantes », a déclaré le président de l'OICS, Hamid Ghodse cité dans le rapport de l'agence onusienne dont le siège est à Vienne, dans son rapport annuel publié le 2 mars 2011.

L'OICS  indique que ces « drogues de confection » sont produites plus rapidement et que leur nombre augmente. Ces produits sont obtenus en modifiant légèrement la structure moléculaire de substances illégales, afin de générer les mêmes effets tout en échappant aux législations sur la drogue. Ainsi, en Europe, ce sont « seize nouvelles designer drugs qui font l'objet d'une surveillance,et pas moins de cinquante et une au Japon », selon l'organisme onusien.

La corruption facilite le trafic de drogue

Des instructions pour la production de ces substances sont souvent échangées sur internet, a ajouté l'agence onusienne. Et, ajoute l'OICS, la corruption est un des facteurs majeurs qui facilite le trafic de drogue, alors que ce dernier peut générer des profits supérieurs aux ressources d'institutions publiques. L'OICS signale encore que l'Asie du Sud est devenue l'une des principales régions où les trafiquants se fournissent en produits chimiques pour les drogues de synthèse.

L'agence onusienne attire également l'attention des gouvernements sur les difficultés d'accès aux médicaments : les substances licites pour les traitements médicaux ne sont pas accessibles dans toutes les parties du monde,du fait de certaines réglementations ou d'un manque de formation : « Plus de 80% de la population mondiale n'a pas, ou de manière insuffisante,accès aux drogues analgésiques (antidouleur) », relève l'OICS, qui ajoute que les Occidentaux consomment 90% des médicaments sur le marché.

Pour en savoir plus :

Consulter les sites de

- l'OICS

- de l'OMS / troubles liés à la toxicomanie et / drogues susceptibles d'engendrer la toxicomanie

- de l'Onusida

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail