Santé

Des soins palliatifs pour adoucir la fin de vie des grands malades

Une cinquantaine d’enfants par an pourront bénéficier de l'accueil de l'Oasis de la Croix rouge, avec leurs parents, accompagnés par des professionnels qualifiés, ainsi que des bénévoles.
Une cinquantaine d’enfants par an pourront bénéficier de l'accueil de l'Oasis de la Croix rouge, avec leurs parents, accompagnés par des professionnels qualifiés, ainsi que des bénévoles. S. Le Clézio/La Croix rouge
Texte par : Michèle Diaz
3 mn

Un rapport du comité national de suivi du développement des soins palliatifs a été remis au président Nicolas Sarkozy par son coordinateur, le Professeur Régis Aubry, ce 6 juin 2011. Ce programme voulu par le président de la République français, s’inscrit dans la continuité de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Un bilan positif, rédigé à mi-parcours du programme national 2008-2012 afin de répondre à un besoin, celui de vivre mieux face à un phénomène qui s’amplifie, celui de vivre plus longtemps.

Publicité

Après les deux premières années dédiées au lancement et à l’organisation des mesures consacrées à l'amélioration des conditions de vie des personnes en phase terminale de la maladie, la seconde partie du programme doit être consacrée aux réalisations de ces soins palliatifs.

Si, sur le territoire français, tous les malades devraient pouvoir accéder aux soins palliatifs, le texte relève pourtant une carence de personnel prévu pour la prise en charge, plus lourde, des patients en fin de vie. Les budgets alloués seraient souvent destinés à d’autres objectifs.

Des disparités régionales dans la répartition des centres d'accueil

L’Oasis créé par la Croix rouge reçoit les enfants et leurs familles à Seysses en Haute-Garonne (France, sud-ouest).
L’Oasis créé par la Croix rouge reçoit les enfants et leurs familles à Seysses en Haute-Garonne (France, sud-ouest). S. Le Clézio/La Croix rouge

La France compte aujourd’hui plus d’une centaine d’Unités de soins palliatifs -tel celui de l'Oasis fondé par la Croix rouge en Haute Garonne (France, sud-ouest)- et chaque région en accueille au moins une pour 100.000 habitants. Mais sa répartition est pour le moins inégale puisqu’elles se concentrent sur cinq régions seulement…

En fait, plus des deux tiers des lits consacrés aux soins palliatifs représentent moins de la moitié de la population dans ces zones ce qui fait que certains départements n’ont toujours pas d’unité, même si le nombre de lits est passé à 6000 contre 2000 avant la mise en place du plan.

Compte tenu de ces disparités, le second volet du programme devra s’attacher à régler ce problème et en faire une priorité. Un constat en demi-teinte donc qui doit permettre une réflexion sur une solidarité à l’échelle nationale et permettre une vision plus globale : il s'agit de penser autrement les problèmes de la santé, centrée sur l’homme et son environnement mais surtout insister sur la « démédicalisation » de certaines prises en charge, précise le rapport... Un travail de longue haleine qui s’adresse à tous les acteurs de la santé mais également de la société.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail