Astrophysique

Une éruption solaire pourrait perturber les réseaux électriques et les satellites GPS

Cette éjection solaire du 7 juin 2011 contient une quantité importante de protons d'une énergie supérieure à 100 MeV, ce qui ne s'était pas produit depuis décembre 2006.
Cette éjection solaire du 7 juin 2011 contient une quantité importante de protons d'une énergie supérieure à 100 MeV, ce qui ne s'était pas produit depuis décembre 2006. Reuters/Nasa/SDO/Handout
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Une éruption solaire spectaculaire repérée par un observatoire spatial de la Nasa pourrait perturber l'activité des satellites, des communications et des réseaux électriques terrestres le 7 juin 2011, selon des experts de la Météorologie nationale américaine (NWS).

Publicité

Etienne Pariat, chargé de recherche au CNRS et à l'Observatoire de Paris, et Michel Lemoine, directeur technique d'Astrium

Aucune éruption solaire de magnitude similaire n'avait été observée depuis 2006, selon NWS. Or, « le Soleil a connu le 7 juin une éruption solaire de force moyenne (M-2) avec une éjection de masse coronale (CME) visuellement spectaculaire », a précisé l'observatoire de dynamique solaire de l'Agence spatiale américaine.

L'éruption a connu un pic à 05H41 GMT. « Le grand nuage de particules s'est élevé rapidement puis est retombé, semblant couvrir une zone qui représente presque la moitié de la surface solaire », est-il précisé dans le bulletin. Comme l’éruption n'a pas eu lieu directement en direction de la Terre, ses effets devraient rester « relativement faibles », selon la Nasa.

Une tempête qui pourrait obliger les avions de ligne à modifier leur itinéraire ...

Le Centre de prévisions spatiales du NWS a décrit l'éruption comme « susceptible de provoquer une tempête géomagnétique "de mineure à modérée" le 8 juin à partir d'environ 18H00 GMT. »... Cette tempête « contient une quantité importante de protons à haute énergie (supérieure à 100 MeV) ce qui ne s'était pas produit depuis décembre 2006 ».

La tempête géomagnétique pourrait provoquer des perturbations dans les réseaux électriques et les satellites GPS notamment, et obliger les avions de ligne à modifier leur itinéraire au-dessus des régions polaires, selon un porte-parole.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail