Accéder au contenu principal
POPULATION MONDIALE

La Terre comptera très bientôt sept milliards d’habitants

Un couple et 17 de ses 22 enfants, au Philippines. La croissance de la population mondiale devrait ralentir dans les prochaines décennies.
Un couple et 17 de ses 22 enfants, au Philippines. La croissance de la population mondiale devrait ralentir dans les prochaines décennies. REUTERS/Erik de Castro
Texte par : Chloé Devez
3 mn

La population mondiale va franchir ce cap d’ici la fin de l’année. Selon les projections de l'Institut national d'études démographiques (INED), celle-ci devrait se stabiliser d'ici un siècle autour des neuf à dix milliards d’âmes. Le continent africain, ainsi que l’Inde, devraient voir leurs populations augmenter très fortement.

Publicité

Avec six milliards d'habitants en 1999, il aura donc fallu douze ans pour atteindre ce seuil. L'ONU a fixé au 31 octobre 2011 la date symbolique du franchissement du cap des sept milliards de Terriens, sur la base des données et tendances disponibles au début de l'année.

Si la population mondiale continue à croître, il faudra quatorze années supplémentaires pour arriver à huit milliards, c'est-à-dire en 2025. La croissance démographique est à la baisse, mais elle traduit plus que jamais de grandes disparités.

C'est une étude bisannuelle de l'Institut national d'études démographiques, l'INED, intitulé « Tous les pays du monde », qui est à l'origine de ces prévisions. La croissance démographique a atteint son niveau maximal (2 % par an) il y a cinquante ans et elle a été divisée par deux depuis pour tomber à 1,1 % en 2011. L’INED penche pour une quasi-stabilisation de la population mondiale, dans un siècle, autour de neuf à dix milliards d’âmes sur Terre.

La fécondité, clé de voûte des évolutions

Une diminution générale de la fécondité serait à l’origine de cette décélération générale : il y a en moyenne aujourd'hui 2,5 enfants par femme, contre le double en 1950. Cette moyenne recouvre pourtant de forts écarts. La fécondité est la plus basse à Taïwan (0,9 enfants par femme) et la plus élevée au Niger (7 enfants). Parmi les régions du monde où la fécondité est encore élevée, supérieure à quatre enfants par femme, on trouve l'Afrique subsaharienne, une partie de la péninsule arabique et les régions allant de l'Afghanistan jusqu'au nord de l'Inde en passant par le Pakistan. 

Selon l'INED, c'est justement là que les grands changements sont à venir. La population du continent africain, Afrique du Nord comprise, devrait quadrupler d'ici un siècle, passant de 1,05 milliard d’habitants aujourd’hui à 3,6 milliards en 2100, ce malgré le sida et un taux de mortalité infantile parmi les plus élevés du monde. Un homme sur trois vivrait alors en Afrique.

De même, l'Inde devrait devenir le pays le plus peuplé du monde dans moins de dix ans, devant la Chine, qui compteraient respectivement 1,69 milliard et 1,3 milliard. Selon cette projection, le Nigeria se positionnerait alors en troisième position avec 433 millions d'habitants, devant les États-Unis (423 millions). L'Union européenne serait forte de 513 millions d'habitants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.