Accéder au contenu principal
France/ Prévention suicide

Plus de suicides en France que dans les autres pays européens

"Certaines douleurs sont écoutées, vues... d'autres sont moins perceptibles. Un geste, une parole... peuvent changer une vie".
"Certaines douleurs sont écoutées, vues... d'autres sont moins perceptibles. Un geste, une parole... peuvent changer une vie". Macif/Unps
Texte par : RFI Suivre
7 mn

Chaque année, plus de 10000 personnes mettent fin à leur vie. Un Programme national d'actions contre le suicide, première cause de mortalité chez les 25-34 ans, a été lancé par le gouvernement le 9 septembre dernier à l'occasion de la Journée mondiale de prévention du suicide.

Publicité

L'Union nationale pour la prévention du suicide (Unps) se désolait de la longue période de vide depuis les actions de la « Stratégie 2000-2005 » alors que 10571 décès par suicide ont été enregistrés en 2008, selon les dernières données disponibles du Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc, de l'Inserm). Ce chiffre est en diminution régulière ces dernières années, mais reste "très élevé" par rapport aux autres pays européens –sans compter les quelque 200000 tentatives de morts volontaires enregistrées chaque année.

Si le nombre d'appels a fortement augmenté depuis 2000 pour atteindre 728.000 en 2009, il a baissé de 9% en 2010 sur l'ensemble de la France.
Pour la première fois, les hommes ont été en 2010 plus nombreux que les femmes à appeler SOS Amitié. Sur 662.000 appels :

  •   50,9% des hommes (contre 45,7% d'hommes en 2009)
  •   49,1% des femmes (contre 54,3% de femmes en 2009)

Et, selon un observatoire de l’association, les personnes en détresse sont de plus en plus jeunes :

  •  46% des appelants en 2010 avaient entre 45 et 55 ans (alors qu'ils représentent 26% de la population).
  •  43% des appelants entre 25-45 ans (contre 29% en 2005).

Un nouveau programme réclamé de longue date par les associations comporte 49 mesures regroupées en six axes, dont le développement de la prévention et l'amélioration du repérage et de la prise en charge. Un autre axe vise à améliorer « la prise en charge des personnes en risque suicidaire », afin de diminuer les récidives car, selon les statistiques enregistrées, près de la moitié des suicidés ont réalisé une ou plusieurs tentatives avant leur décès. « Une attention particulière » a été portée à « certaines populations plus vulnérables », comme les jeunes adultes, a précisé le secrétariat d'Etat à la Santé.

Dr Marc Fillatre, vice-président de UNPS, s'est notamment félicité de l'implication de nombreux ministères (Justice, Travail, Education nationale, Agriculture, Enseignement, Solidarité) car le suicide concerne plus particulièrement certaines catégories de la population : ainsi les détenus représentent 5 à 6 fois plus de décès par suicide qu'en population générale ainsi que les personnes âgées où le passage à l'acte conduit souvent au décès.

109 suicides en 2008, 115 en 2009, 118 en 2010… et pour Ban Public, l’association non gouvernementale d’observation de la vie dans les prisons, pour 2011, il y aurait déjà 26 cas en quatre mois.

Selon une étude de l’INED, Institut national d’études démographiques, la France est le pays d’Europe de l’Ouest à détenir le plus fort taux de suicides sur la période 2002-2006. Le taux de suicides dans les prisons françaises a été en effet multiplié par 5 en 50 ans alors qu’il a dans le même temps peu changé dans la population générale, selon l’institut.

Avec 20 suicides pour 10 000 détenus sur la période 2002-2006, la France est loin devant le Danemark (13), la Belgique, le Portugal, le Royaume-Uni. C’est en Grèce que le taux de suicides est le plus bas (4 pour 10 000).
 

Brian Mishara, Professeur au département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal et Directeur du Centre de recherche et d'intervention sur le suicide et l'euthanasie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.