Recherche/ Paléontologie

Hommes et grands singes ont en commun des asymétries du cerveau

Illustration du protocole utilisé pour quantifier les «pétalias», exemple pour Cro-Magnon 1. Le crâne et l’endocrâne de chaque spécimen sont reconstruits virtuellement en 3 dimensions grâce à des données d’imagerie.
Illustration du protocole utilisé pour quantifier les «pétalias», exemple pour Cro-Magnon 1. Le crâne et l’endocrâne de chaque spécimen sont reconstruits virtuellement en 3 dimensions grâce à des données d’imagerie. Cnrs/MnHn/A. Balzeau

Une étude, publiée sur le site de PLoS ONE le 5 janvier 2012, démontre la présence d’asymétries du cerveau partagées par tous les hominidés. Pour parvenir à ces conclusions, une équipe internationale de paléontotologues a effectué une analyse comparative chez les hommes actuels, les grands singes africains et des hommes fossiles. Cette découverte modifie notre compréhension des capacités cognitives des Hommes préhistoriques.

Publicité

Le dernier ancêtre commun aux grands singes africains et aux Hommes actuels avait un cerveau asymétrique. Or, les asymétries du cerveau humain suscitent l’intérêt des scientifiques depuis 150 ans en raison de leurs possibles relations avec la latéralisation manuelle, le langage et les capacités cognitives.

Les chercheurs s'intéressent donc de près à ces asymétries parce qu'elles sont en lien avec les capacités du cerveau et du comportement. Il est maintenant démontré que les grands singes ont aussi ce type d’asymétrie, bien qu’ayant des modalités de préférence manuelle différentes et ne disposant pas du langage articulé des hommes actuels.

Comparaison des modèles "virtuels" en trois dimensions

Pour procéder aux comparaisons, les scientifiques (*) ont procédé par analyse comparative des modèles « virtuels » en trois dimensions du crâne et de la cavité endocrânienne, avec l’aide des méthodes d’imagerie sur sur de très larges échantillons de grands singes africains, d’hommes actuels et d’homininés fossiles depuis les Australopithèques jusqu’aux Néandertaliens.

(*) L'équipe de chercheurs est composée de paléoanthropologues spécialistes de l’évolution du cerveau impliquant le CNRS, le Muséum national d’Histoire naturelle et le Musée Royal de l’Afrique Centrale de Tervuren (Belgique).

Arbre évolutif simplifié des hominidés et asymétries neuroanatomiques partagées
Arbre évolutif simplifié des hominidés et asymétries neuroanatomiques partagées Cnrs-MnHn/A. Balzeau / Dessins O.M. Nadel

Pour en savoir plus :

Lire le communiqué du Museum national d'Histoire naturelle

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail