Accéder au contenu principal
France/ Santé

L'Inserm dénonce l'obsession des régimes amaigrissants en France

Le programme Nutrinet-santé cherche encore quelques 250.000 internautes volontaires pour participer à l’étude
Le programme Nutrinet-santé cherche encore quelques 250.000 internautes volontaires pour participer à l’étude Getty Images/Mixa
Texte par : Agnès Rougier
5 mn

Depuis 2009, quelque 223.000 internautes français ont participé, sur la base du volontariat, à l’étude Nutrinet-santé. Cette étude porte sur les relations nutrition-santé et, lancée conjointement par l’Inserm, l’Inra et le Cnam en mai 2009, elle arrive aujourd’hui à mi-parcours. Les premiers résultats pointent le poids de "l’image" dans la fréquence des régimes amaigrissants et leur efficacité.

Publicité

Professeur Serge Hercberg, de l’unité d’épidémiologie nutritionnelle à l’Inserm

Une étude originale

La finalité de l’étude est de mieux comprendre les relations entre la nutrition et la santé, et de connaître ce qui détermine notre comportement alimentaire.

Une originalité de l’étude réside dans sa construction participative : les participants, tous volontaires, sont recrutés parmi les 75% de la population française connectée à internet : ils sont aujourd’hui 223.000 et toutes les catégories sociales et tous les âges sont représentés, avec néanmoins une majorité de femmes.

L’étude est prévue sur une durée de 5 ans. Les participants sont suivis via des questionnaires et, s’ils acceptent, font régulièrement pratiquer un bilan sanguin.

Société et image de soi

Les chercheurs ont été frappés de constater que l’image d’ « idéal minceur » renvoyée par notre société amène deux femmes sur trois et un homme sur deux à considérer qu’elle, ou il, est en surpoids et souhaite maigrir ; quand bien même l’Indice de Masse Corporelle (la relation entre la taille et le poids) reste dans la norme.

Et parmi celles et ceux qui se perçoivent comme ayant un poids normal, 41% des femmes et 16% des hommes ont fait au moins un régime dans leur vie.

Régimes « de marque » : efficacité limitée

Les chercheurs ont regroupé les régimes en 4 grandes catégories :

  • Les régimes restrictifs portant le nom d’une marque (Dukan, Cohen, Mayo…) : ils  recommandent une restriction calorique ou encore l’augmentation de la consommation de protéines.
  • Les régimes restrictifs « faits maison » : le sujet décide lui-même d’un type de restriction spécifique (suppression des graisses, prise de produits diététiques…).
  • Les régimes portant le nom d’une marque visant une alimentation équilibrée avec « coaching » (Weight Watchers).
  • Les régimes fondés sur un suivi des recommandations nutritionnelles, avec une alimentation variée et diversifiée, une réduction des quantités et du grignotage (recommandation du Programme National Nutrition Santé). 

Les premiers résultats de l’étude sont sans appel : pour 76% des internautes ayant suivi des recommandations nutritionnelles globales, c’est cette dernière catégorie qui est la plus efficace sur la durée, sans reprise de poids au-delà de 6 mois. A l’inverse, les régimes restrictifs « de marque » sont compliqués à suivre. Ils entraînent des frustrations et si la perte de poids est rapide, la reprise l’est aussi.

L’étape suivante : la relation santé et nutrition

L’étude se poursuit, afin de déterminer les effets des régimes à court, moyen et long terme sur la santé, le rapport entre le risque et l’efficacité sur le poids et la santé, l’évolution du poids et les relations entre l’alimentation et les pathologies chroniques. Mais les chercheurs de Nutrinet-Santé, pour être pertinents, doivent suivre un très grand nombre de sujets ... Raison pour laquelle les chercheurs font appel à de nouveaux volontaires, pour atteindre le nombre de 500.00 participants, un nombre fixé au lancement du programme.

Pour en savoir plus :

- Inserm

- Inra

- Cnam

L'étude vise à élucider le rôle de la nutrition dans de nombreuses maladies.

Pour vous inscrire, un site : www.etude-nutrinet-sante.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.