Accéder au contenu principal
Sciences / Santé

Un taux élevé d’hormones après la ménopause augmente le risque de maladies cardiovasculaires

Il y aurait deux fois plus de risques d'infarctus du myocarde ou d'accident vasculaire cérébral chez les femmes ménopausées qui ont un taux d'œstrogènes plus élevé que la normale.
Il y aurait deux fois plus de risques d'infarctus du myocarde ou d'accident vasculaire cérébral chez les femmes ménopausées qui ont un taux d'œstrogènes plus élevé que la normale. © wikipedia
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les femmes de plus de 65 ans, ménopausées et présentant un taux élevé d'hormones, les œstrogènes, ont plus de risque de faire un infarctus ou une attaque cérébrale que les autres, selon une étude récente menée par un groupe de chercheurs français de l'Inserm.  

Publicité

L'idée répandue selon laquelle les femmes sont moins sujettes que les hommes aux maladies cardiovasculaires tout au long de leur vie est aujourd’hui remise en question avec cette étude récente menée par une équipe de chercheurs français de l'Inserm, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale.

Pendant quatre ans, les chercheurs ont suivi 6 000 femmes âgées de plus de 65 ans. Leurs conclusions tordent le cou à cette idée reçue selon laquelle, les hormones féminines, les œstrogènes, sont bénéfiques pour le cœur et les vaisseaux.

On le sait, les œstrogènes jouent un rôle clé dans le développement sexuel et la reproduction féminine mais au moment de la ménopause tout change. Les chercheurs ont donc constaté qu'il y avait deux fois plus de risques d'infarctus du myocarde ou d'accident vasculaire cérébral chez celles qui avaient un taux d'œstrogènes plus élevé que la normale.

Les études à venir devront confirmer si ces résultats sont généralisables aux femmes ménopausées plus jeunes.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.