Sciences

Malgré les incidents à répétitions sur le «Dreamliner» de Boeing, les compagnies aériennes gardent confiance

Un 787 «Dreamliner» de la compagnie All Nippon Airways après un atterrissage d'urgence, le 16 janvier 2013.
Un 787 «Dreamliner» de la compagnie All Nippon Airways après un atterrissage d'urgence, le 16 janvier 2013. REUTERS/Kyodo
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Qantas et Singapore Airlines maintiennent leurs commandes de Boeing 787 Dreamiliner, ont annoncé les compagnies, alors que la série noire se poursuit sur ce tout nouvel avion. Mercredi 16 janvier, les compagnies aériennes japonaises JAL et ANA ont cloué tous leurs Dreamliner au sol suite à un énième incident. Mais ces problèmes techniques ne mettent pas en danger les passagers.

Publicité

Le Dreamliner est un appareil tout jeune, conçu pour concurrencer l'Airbus A 380 sur le segment de l'innovation technologique. Il intègre de tous nouveaux circuits électriques et une pile au lithium. Le but étant évidemment de réduire fortement son impact énergétique.

Le problème, c'est que la batterie au lithium-ion peut prendre feu si elle est en surcharge, et cette combustion dégage de l'oxygène, ce qui va nourrir les flammes. Boeing a largement testé l'équipement et mis en place des sécurités pour éviter que cela n'arrive, mais l'avion doit encore être perfectionné. Il est assez courant, chez les avionneurs, de détecter des anomalies et de les réparer alors que l'avion est déjà en cours d'exploitation.

Mais si les compagnies japonaises sont particulièrement touchées, il y a une explication : Japan Airlines et All Nippon Airways utilisent beaucoup ces long-courriers pour effectuer des vols intérieurs de quelques heures à peine. Des vols qui présentent plus de contraintes sur la carlingue et les équipements.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail