Accéder au contenu principal
Ebola / France

Ebola: quels traitements pour soigner l’infirmière française?

L'infirmière française contaminée par le virus Ebola au Liberia et rapatriée en France dans un hôpital militaire de la région parisienne (ci-dessus) ce vendredi, reçoit des traitements expérimentaux, agréés par les experts de l'OMS.
L'infirmière française contaminée par le virus Ebola au Liberia et rapatriée en France dans un hôpital militaire de la région parisienne (ci-dessus) ce vendredi, reçoit des traitements expérimentaux, agréés par les experts de l'OMS. REUTERS/Charles Platiau
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La jeune infirmière contaminée par le virus Ebola au Liberia, et rentrée en France dans cette nuit de jeudi à vendredi, est soignée avec des traitements expérimentaux. Trois traitements non homologués ont reçu une dérogation pour être importés en France, même s'ils n'ont pas passé toutes les phases de tests. Les experts en éthique de l'OMS ont accepté leur utilisation, pour faire face à cette épidémie sans précédent.

Publicité

Dans les stocks des hôpitaux français, il n'y a presque plus de ZMapp, de quoi soigner 30 personnes avec le TKM-Ebola et 20 000 doses de Favipiravir. La France aurait pourtant importé ces trois médicaments encore au stade expérimental. Le but : soigner la jeune infirmière contaminée, et soigner tout cas potentiellement suspect à la suite de l'arrivée de cette malade en France.

Le ZMapp -un cocktail de trois anticorps permettant à l’organisme de combattre le virus- est un traitement mis au point par une entreprise américaine. Il a été utilisé pour traiter 9 personnes en tout : 5 ont survécu, notamment deux Américains, et 4 sont mortes. Il est donc impossible de juger de l'efficacité du traitement encore en phase de test. Et d'après les spécialistes, il n'en reste que quelques doses.

Quel médicament spécifique a été administré à la jeune infirmière ?

Une entreprise japonaise est aussi bien avancée dans sa phase d'expérimentation : elle entend utiliser un antiviral contre la grippe pour lutter contre Ebola, le Favipiravir, aussi appelé T 705 ou Avigan. Un avantage pour Fujifilm, cette entreprise : son médicament contre la grippe a déjà reçu l'homologation. Il est en plus administré par comprimés, ce qui faciliterait le traitement dans les zones reculées.

Il reste malgré tout à tester son efficacité contre la fièvre hémorragique Ebola. Les scientifiques ont bon espoir de le voir sur le marché dès l'année prochaine. Trop tard en revanche pour les 600 nouveaux malades par semaine.

Le troisième médicament importé par la France est d'origine canadienne. Le TKM-Ebola attaque l'ADN du virus pour l'empêcher de se reproduire.

Pour l'instant, à part en traitement d'urgence, aucun de ces médicaments n'a été testé sur des humains. Et il est impossible de savoir lequel de ces traitements est administré à la jeune infirmière française.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.