Accéder au contenu principal

France: le monde de la recherche ne trouve pas son compte

Travail de recherches en laboratoire sur des cellules souches, 27 novembre 2009.
Travail de recherches en laboratoire sur des cellules souches, 27 novembre 2009. REUTERS/Gareth Watkins
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les chercheurs français sont dans la rue à Paris ce vendredi 17 octobre. La  manifestation est initiée par le mouvement de mobilisation pour la recherche et l'enseignement supérieur Sciences en marche. Ce collectif est parti de Montpellier, il y a trois semaines, pour un périple à vélo à travers la France. Il arrive aujourd'hui à Paris pour dénoncer la situation de l'emploi scientifique en France. Les chercheurs parlent d'une « crise profonde ».

Publicité

Dans une lettre ouverte envoyée au président de la République, le mouvement Sciences en marche évoque une situation dramatique : équipes en sous-effectifs, course sans fin aux financements, manque de débouchés.

Guillaume Bossis est en charge de la coordination du collectif. Il dénonce une situation devenue de plus en plus précaire : « La plupart des financements qui sont attribués actuellement aux laboratoires sont des financements à court terme qui permettent d’embaucher des chercheurs en CDD [contrat à durée déterminée]. Un très grand nombre de chercheurs sont donc en CDD. On estime autour de 50 000 dans l’ensemble de l’enseignement supérieur et de la recherche les chercheurs pour lesquels il n’y a aucun débouché. »

Autre préoccupation de ces chercheurs, l'insertion professionnelle des jeunes docteurs. Selon le collectif, plus de 10% d'entre eux sont au chômage trois ans après l'obtention de leur diplôme. « Nous avons tous autour de nous des gens qui, après huit ans d’études qui ont une thèse, qui ont fait un post-doctorat en général à l’étranger, sont obligés d’aller pointer à Pôle emploi. Et cette situation devient vraiment catastrophique. On forme des gens pendant des années, l’Etat investit sur eux, et après on leur donne aucun avenir. On leur dit, ‘allez voir ailleurs’ », déplore Guillaume Bossis.

Le mouvement Sciences en marche propose la création d'un plan pluriannuel sur dix ans. Objectif à terme : la création de 30 000 emplois dans le secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.