Accéder au contenu principal
Espace

Sonde Rosetta: le robot Philæ en route vers la comète «Chury»

Le robot Philæ a été largué par la sonde Rosetta le 12 novembre 2014 et tente maintenant de se poser sur la comète « Chury ».
Le robot Philæ a été largué par la sonde Rosetta le 12 novembre 2014 et tente maintenant de se poser sur la comète « Chury ». REUTERS/ESA/Rosetta/NAVCAM
Texte par : RFI Suivre
2 min

Sept heures de chute libre, cela se passe à 511 millions de kilomètres au-dessus de nos têtes. Le robot Philæ s’est séparé de la sonde Rosetta ce mercredi matin et il tente désormais de rejoindre la comète « Chury ». Cette tentative d'atterrissage sur une comète est une première, un véritable défi technologique. L’atmosphère au Centre européen des opérations spatiales à Darmstadt en Allemagne est électrique.

Publicité

Avec notre envoyé spécial à Darmstadt, Simon Rozé

L’atmosphère est tendue à Darmstadt, où les scientifiques n’ont plus de prise sur les événements. Cela fait quelques heures que Philae est en chute libre vers la comète, ce mercredi midi. La confirmation de son largage par la sonde Rosetta a été saluée par une salve d’applaudissements.

Mais depuis, c’est l’attente. Attente qui va durer encore quelques heures, le temps que Philae rejoigne la comète à son rythme de sénateur : un mètre par seconde. C’est la vitesse à laquelle marche un piéton. Elle va aussi lentement car la comète « Chury » est très petite et son attraction gravitationnelle est très faible. Il ne faut donc pas rebondir au moment de l’impact.

Pour éviter cela, Philæ va lancer deux harpons, histoire de bien s’attacher au sol. Mais ce n’est pas le seul risque de cette manœuvre. L’Agence spatiale européenne n’a eu que quelques semaines pour étudier la comète et choisir un site d’atterrissage. On ne sait donc pas encore si le sol est dur ou au contraire poreux. Il y a également le risque que Philæ se pose sur un grand rocher et se renverse.

Bref il faudra un peu de chance, d’où une nervosité palpable à l’Agence. Ceci dit, le responsable scientifique de la mission, Matt Taylor, est tout à fait serein. Excité même. Il a confié à RFI être sûr à 100% que la manœuvre sera un succès. Réponse vers 16 heures, temps universel.

A écouter

La chose absolument grandiose c'est que l'étude des comètes nous amène directement à l'origine même du système solaire.

Jean-Pierre Luminet

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.