Accéder au contenu principal
Climat

La montée des eaux, prédite par la Nasa, menace de nombreux pays

Images de la Nasa montrant la fonte rapide des glaces sur l'archipel novégien de Svalbard, entre le 29 avril (g.) et le 9 juillet 2015 (d.).
Images de la Nasa montrant la fonte rapide des glaces sur l'archipel novégien de Svalbard, entre le 29 avril (g.) et le 9 juillet 2015 (d.). REUTERS/NASA/Handout
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C'est inévitable. Conséquence du réchauffement climatique, selon la Nasa, le niveau des océans va monter d'un mètre dans les cent prochaines années. C'est ce qu'il résulte de l'étude des données fournies par les satellites d'observation de la Terre de l'agence spatiale américaine. Et les effets seront désastreux pour de très nombreux pays dans le monde, notamment en Asie du Sud-Est.

Publicité

Jusqu'à présent, on tablait sur une hausse de 30 à 90 cm d'ici la fin du siècle. Les dernières données fournies par la Nasa nous placent donc dans la fourchette haute : le niveau de la mer sera plus haut d'un mètre dans 100 ans. C'est inéluctable selon l'agence spatiale américaine.

Aujourd'hui, le niveau des océans augmente en moyenne de 3 mm par an. Le rythme devrait donc s'accélérer dans les prochaines années.

En cause, deux phénomènes, tous les deux liés au réchauffement climatique. La fonte des glaces tout d'abord. Pas celle de la banquise, Archimède et sa poussée nous ont appris qu'elles n'auront aucun effet. C'est la fonte des glaces terrestres, notamment de l'Antarctique et du Groenland qui auront le plus d'impact. Cumulé avec le réchauffement général des océans - puisque plus l'eau est chaude plus elle prend de place - le cocktail est dévastateur.

Des îles sous les flots

Certaines îles d'Asie du Sud-Est disparaîtront sous les flots, des villes portuaires comme Tokyo ou Singapour seront fortement touchées.

Face à ça, si les observations satellitaires de la Nasa sont justes, il n'y aura malheureusement rien à faire. L'agence spatiale américaine et son partenaire français, le Cnes, doivent mettre en orbite d'ici la fin de l'année un nouveau satellite dédié à l'étude du niveau des océans. Il devra préciser ce triste scénario.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.