Accéder au contenu principal
Climat

El Niño persiste et fera de 2016, comme 2015, une année très chaude

Le réchauffement climatique, combiné à des phénomènes naturels tel que le courant El Niño, devrait produire des moyennes de températures très élevées en 2015 et en 2016, selon le Met Office.
Le réchauffement climatique, combiné à des phénomènes naturels tel que le courant El Niño, devrait produire des moyennes de températures très élevées en 2015 et en 2016, selon le Met Office. Crédits : Petra Schramböhmer/Getty Images
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les années 2015 et 2016 pourraient être les plus chaudes jamais mesurées. Ce sont les conclusions d'un rapport publié ce lundi 14 septembre par l'Institut météorologique britannique (Met Office). Et si les activités de l'homme sont souvent montrées du doigt, ce rapport met aussi en avant les conséquences de certains phénomènes naturels.

Publicité

Il a fait chaud en 2014, très chaud en 2015. Il devrait faire encore plus chaud en 2016. Parmi les responsables, un courant marin chaud du Pacifique connu sous le nom d'El Niño. Ce phénomène revient à peu près tous les 5 ans, il est réapparu en mars dernier. Conséquence, depuis cette date la température des eaux équatoriales du Pacifique est supérieur d'un 1,2 degré à la normale.

Et cet épisode d'El Niño continue de se renforcer. Selon les scientifiques de l'institut météorologique britannique, il pourrait même être «l'un des plus intenses» jamais répertorié, proche de celui de 1998 qui avait blanchi les coraux. Alors certes, El Niño participe au réchauffement global mais les répercussions se mesurent aussi au niveau local. L'étude britannique prévoit ainsi une augmentation des risques de sécheresse en Afrique du Sud, en Asie de l'Est, et des risques d'inondations en Amérique du Sud.

A l'inverse, ce courant marin pourrait mettre fin à quatre ans de sécheresse en Californie. Un phénomène naturel qui n'est pas près de s'arrêter puisque selon les scientifiques, El Niño devrait persister jusqu'au printemps 2016.

Rapport du Met Office

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.