Accéder au contenu principal
Asie

Asie du Sud-Est: les fumées des incendies ont tué prématurément 100000 personnes

Des incendies ont provoqué durant des semaines des dégagements de fumées toxiques dans le ciel d'Asie du Sud-Est. Province de Riau, Sumatra, le 23 septembre 2015.
Des incendies ont provoqué durant des semaines des dégagements de fumées toxiques dans le ciel d'Asie du Sud-Est. Province de Riau, Sumatra, le 23 septembre 2015. REUTERS/Regina Safri
3 mn

D’après une étude publiée dans la revue scientifique Environmental Research Letters, les gigantesques incendies qui ont ravagé l’Indonésie l’an dernier n’ont pas eu que des conséquences écologiques. Les fumées dégagées ont également été meurtrières.

Publicité

L’an dernier, 2,6 millions d’hectares de forêts tropicales indonésiennes partaient en fumée. Une surface énorme qui est l’équivalent de celle d’un pays comme le Rwanda. Des incendies provoqués principalement par la main de l’homme, en toute illégalité : il s’agissait alors de défricher et fertiliser les terres pour y produire ensuite de l’huile de palme.

Des fumées meurtrières

Mais contrairement à ce qu’annonçaient alors les autorités indonésiennes, le bilan de ces brasiers ne semble pas se limiter à 19 morts, mais beaucoup plus. Selon une étude menée par des chercheurs américains des universités de Columbia et Harvard, 100 000 personnes sont décédées prématurément, dont 90 % en Indonésie et le reste en Malaisie et à Singapour, deux pays limitrophes. En cause : les fumées dégagées et notamment les particules fines qu’elles transportaient. Ces dernières sont en effet terriblement nocives par leur capacité à pénétrer au plus profond des poumons des personnes qui les inhalent.

Pour réaliser ce travail, le premier de cette ampleur, les chercheurs ont notamment fait appel à l’imagerie satellite pour cartographier et ensuite modéliser les panaches de fumée et leurs retombées. Il a fallu ensuite coupler ces données avec des relevés de pollution réalisés sur le terrain pour obtenir ce chiffre terrible de 100 000 morts.

Un chiffre sans doute sous-estimé

Ce bilan pourrait par ailleurs être une estimation basse, car l’étude n’a considéré que l’impact des particules fines. Les autres émanations toxiques n’ont en effet pas été prises en compte. Toutes ces fumées prendront certainement d’autres vies à l’avenir. Cette année encore, de nouveaux feux de forêt ont ravagé les îles de Sumatra et Kalimantan en Indonésie, les deux plus touchées par ces pratiques de déforestation sauvage. Mais les pluies importantes qui se sont ensuite abattues sur le pays devraient cette fois limiter le phénomène.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.