Pollution

Selon l'Unicef, un enfant sur sept respire de l'air toxique

Dans les rues de Pékin, durant le pic de pollution de décembre 2015, les parents angoissent pour la santé de leurs enfants.
Dans les rues de Pékin, durant le pic de pollution de décembre 2015, les parents angoissent pour la santé de leurs enfants. REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Trois cent millions d'enfants dans le monde, soit un enfant sur sept, respirent de l'air toxique selon un rapport de l’Unicef publié ce lundi 31 octobre. Le Fonds des Nations unies pour l’enfance appelleront les dirigeants mondiaux à l’action immédiate dans leurs pays respectifs lors de la COP22 à venir.

Publicité

Un enfant sur sept dans le monde souffre de la pollution, c'est le constat dressé par l'Unicef qui lance un appel aux dirigeants mondiaux, une semaine avant la tenue de la COP22 à Marrakech. « La pollution de l'air contribue de façon importante à la mortalité de quelque 600 000 enfants de moins de cinq ans annuellement et menace la vie et l'avenir de millions d'autres », déplore Anthony Lake, le directeur général de l'Unicef.

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance considère que 300 millions d'enfants dans le monde, vivent dans un endroit où la pollution de l'air extérieur excède jusqu'à six fois les normes internationales. L'Asie du Sud est le mauvais élève avec 620 millions d'enfants respirant un air fortement pollué, suivie par l'Afrique (520 millions), l'Asie de l'Est et le Pacifique (450 millions).

Pour lutter contre cette pollution, l'Unicef recommande quatre mesures d’urgence aux dirigeants de la planète, notamment faire davantage d'efforts pour se conformer aux normes internationales de qualité de l'air en réduisant le recours aux énergies fossiles et en développant davantage les sources d'énergies renouvelables. L'Unicef demande aussi de faciliter l'accès aux soins médicaux pour les enfants, dont des campagnes de vaccination pour réduire leur vulnérabilité aux maladies respiratoire. 

L'agence préconise également que les sources de pollution comme les usines ne se trouvent pas à proximité des écoles et des terrains de jeu ainsi qu'une meilleure gestion des déchets. Enfin, des gazinières plus propres amélioreraient la qualité de l'air dans les habitations, ajoute l'Unicef.

→ Lire le rapport de l'Unicef : «Assainissons l'air pour les enfants»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail