Accéder au contenu principal
Science / Recherche

Le génome complet du blé tendre séquencé pour la première fois

Le blé est au coeur de l'alimentation humaine et son génome est cinq fois plus gros que celui de l'homme (photo d'illustration)
Le blé est au coeur de l'alimentation humaine et son génome est cinq fois plus gros que celui de l'homme (photo d'illustration) REUTERS/Michael Dalder
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Céréale la plus cultivé au monde et nourriture de base de 30% des habitants de la planète, le blé livre enfin ses secrets. Une équipe internationale de 220 scientifiques est parvenue à séquencer le génome du blé tendre, c’est-à-dire à lire son code génétique. Un travail très complexe dont les résultats sont publiés cette semaine dans la revue scientifique Science, qui permettra peut-être à la plante de mieux résister au changement climatique à l'avenir.

Publicité

Avec 107 891 gènes au total, le génome du blé tendre est cinq fois plus gros que le génome humain. Le blé est complexe, et il a fallu 10 ans à une équipe internationale pour en venir à bout et le mettre à disposition de la communauté scientifique. Un travail important, car on sait désormais à quelles fonctions sont associés les gènes du blé tendre.

Grâce à cela, les agronomes pourront identifier quelles sont les portions d'ADN qui présentent des caractéristiques intéressantes, comme une meilleure résistance à des maladies ou à des conditions climatiques plus dures.

Cela permettra ensuite de créer plus facilement de nouvelles espèces de blé plus à même de répondre aux besoins de l'humanité dans les années à venir. Il ne s’agit pas de manipulations génétiques, mais tout simplement de croisements entre plantes, comme les agriculteurs le font depuis 10 000 ans.

Ainsi, avec un climat qui se réchauffe, des sols qui s'assèchent, ou de nouvelles maladies pouvant apparaître, la culture de cette céréale pourra mieux s'adapter. Un enjeu de taille, puisque le blé est aujourd'hui au cœur de l'alimentation de trois êtres humains sur dix.

Comme l'indique Science Magazine sur son compte Twitter il s'agit d'une découverte qui ouvre « la voie à des innovations dans les domaines de l'agriculture et de la nutrition ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.