Accéder au contenu principal
Changement climatique / Consommation

La bière va devenir chère à cause du réchauffement climatique

Dans le top 20 des régions consommatrices (par habitant) figurent aujourd'hui les pays européens, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l'Australie.
Dans le top 20 des régions consommatrices (par habitant) figurent aujourd'hui les pays européens, les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l'Australie. REUTERS/Kham
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le réchauffement climatique va tous nous tuer, on commence à se faire à l'idée, mais il va également nous assoiffer. En effet, selon une étude parue dans la revue Nature Plants, la bière risque de devenir plus rare et plus chère. En cause : l'orge, l'un de ces principaux composants dont la production devrait souffrir face à la recrudescence des vagues de chaleur.

Publicité

La bière, la boisson alcoolisée la plus populaire de la planète, va-t-elle devenir un luxe réservé aux riches ? C'est un risque réel, selon les auteurs de cette étude.

En cause : l'orge. Cette céréale est essentiellement cultivée pour nourrir les animaux, mais une part non négligeable, celle de meilleure qualité, est utilisée pour brasser. Elle est cependant assez sensible aux aléas climatiques et une répétition de vagues de chaleur pourrait bien avoir un effet sur sa production.

Les chercheurs de l'université britannique d'Aast Anglia s'attendent ainsi à une chute de 16 % de la production mondiale de bière, si le réchauffement se poursuit au rythme actuel. Une raréfaction qui comme souvent entraînera une hausse des prix avec une pinte qui coûtera deux fois plus cher qu'actuellement.

Un autre phénomène pourrait également entrer en jeu : des études ont déjà montré qu'avec des températures plus chaudes, des plantes utilisées pour l'alimentation humaine, comme le blé, le riz ou le maïs, vont perdre en qualité nutritive. L'orge pourrait alors être utilisée en substitut dans nos assiettes, au détriment de nos verres.

(Ré) écouter : Des bières artisanales made in Kenya (Afrique économie)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.