Accéder au contenu principal

Coronavirus: l'OMS alerte sur la prolifération de médicaments falsifiés

Une saisie de faux médicaments à Phnom Penh en mars 2019 (image d'illustration).
Une saisie de faux médicaments à Phnom Penh en mars 2019 (image d'illustration). TANG CHHIN Sothy / AFP
Texte par : Christine Siebert
2 mn

L'Organisation mondiale de la santé alerte sur des médicaments falsifiés qui circulent dans plusieurs pays d'Afrique. Il s'agit de diverses chloroquines, ce médicament contre le paludisme actuellement testé pour établir s'il est efficace dans le traitement du Covid-19. Neuf produits falsifiés ont été signalés au Cameroun, en République démocratique du Congo et au Niger.

Publicité

Ils s'appellent Samquine, Niruquine ou encore Chloroquine Phosphate et les boîtes et flacons qui les contiennent ont l'air plus vrai que nature. Mais en réalité ces produits sont falsifiés. Certains n'ont pas été produits par le fabricant dont le nom figure sur les étiquettes. Ou alors le fabricant inscrit sur la boîte n'existe tout simplement pas. Et surtout, ils ne contiennent pas la bonne quantité d'ingrédient actif pharmaceutique.

C'est grâce à un « système mondial de surveillance et de suivi des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés » que l'OMS est en mesure d'émettre ces alertes. Et ce sont les hôpitaux, dispensaires, centres de santé, grossistes, distributeurs et pharmacies qui contribuent à mettre à jour les alertes sur les faux médicaments, par leurs analyses et signalements.

Liste et photos sur le site de l'OMS

L'Organisation mondiale de la santé publie les photos et la liste détaillée de ces médicaments falsifiés sur son site internet et demande aux patients en possession de ces produits de ne pas les utiliser, et si c'est déjà fait, de s'adresser à un professionnel de santé. Enfin, il est important, souligne l'OMS, que l'incident soit bien signalé aux autorités publiques.

C'est déjà la quatrième alerte que l'OMS émet en 2020 sur des faux médicaments. La dernière, émise fin mars, porte sur « un nombre croissant de produits médicaux falsifiés qui prétendent prévenir, détecter, traiter ou guérir le Covid-19 ». Les deux autres concernent des tests de dépistage rapide du VIH et des antipaludéens falsifiés.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.