Accéder au contenu principal

Coronavirus: Sanofi promet un don de 100 millions de doses d'hydroxychloroquine

La controversée chloroquine et son dérivé l'hydroxychloroquine sont actuellement expérimentées dans plusieurs pays, aux côtés d'autres molécules, contre le Covid-19.
La controversée chloroquine et son dérivé l'hydroxychloroquine sont actuellement expérimentées dans plusieurs pays, aux côtés d'autres molécules, contre le Covid-19. GERARD JULIEN / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Face à l’urgence sanitaire, Sanofi annonce son intention de donner 100 millions de doses d’hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine, à cinquante pays. Ce médicament, très connu en Afrique pour lutter contre le paludisme, suscite un grand intérêt pour le traitement des patients contaminés par le coronavirus. Il est actuellement évalué par l’Organisation mondiale de la santé.

Publicité

Pour fournir ces 100 millions de doses d’hydroxychloroquine, Sanofi a déjà doublé sa production. Le laboratoire pharmaceutique prévoit même de la renforcer, voire de la quadrupler d'ici l'été, si les évaluations en cours sur l’efficacité de ce médicament contre le Covid-19 sont concluantes. À ce stade, il n’est pas possible de « tirer une quelconque conclusion » sur son efficacité dans le traitement du coronavirus, affirme l’entreprise, dans un communiqué.

« La pandémie de Covid-19 a plongé le monde dans une crise sanitaire et économique sans précédent qui ébranle les principes mêmes de la solidarité et de la coopération internationale », a déclaré Paul Hudson, directeur général de Sanofi.

Le groupe pharmaceutique veut donc aider « le plus grand nombre », environ une cinquantaine de pays. S'il ne précise pas lesquels en particulier dans son communiqué, il évoque les pays en situation précaire et ceux qui n’ont pas de fournisseurs de chloroquine. L’entreprise veut aussi assurer une bonne continuité dans l’approvisionnement du médicament.

Pays et spécialistes très divisés

Entre doutes et espoir, la chloroquine, facile à fabriquer et bon marché, ne laisse pas indifférent. La Chine, les États-Unis, la Russie l’ont adoptée. L’Inde, premier producteur mondial, l’a interdit, avant de l’autoriser à nouveau.

Au Sénégal, les malades contaminés par le virus guérissent plus vite, affirme le professeur Moussa Seydi, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann à Dakar.

La France reste très divisée sur la question, bien que le professeur Didier Raoult, directeur de l’Institut hospitalier universitaire (IHU) de Marseille ait présenté à Emmanuel Macron ce jeudi, les résultats prometteurs de ses derniers tests sur plus de 1 000 patients, âgés de 43 ans en moyenne. Le taux de mortalité est de 0,5% et le taux de guérison de plus de 91%, pour les patients qui ont pris de la chloroquine associée à un antibiotique.

En Suède, certains hôpitaux l’ont supprimé. Les patients malades du Covid-19 ont en effet eu des complications cardiaques graves, après avoir pris de la chloroquine. Face à ces incertitudes, Sanofi appelle donc à une plus grande coopération internationale sur l’efficacité de ce médicament contre le Covid-19

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.