Accéder au contenu principal
Entretien

«Personne n’a d’éléments prouvant l’efficacité de l’artemisia contre le Covid-19»

Le «Covid-Organics» contient de l'artemisia, plante cultivée à Madagascar.
Le «Covid-Organics» contient de l'artemisia, plante cultivée à Madagascar. Creative Commons
7 min

À Madagascar, les autorités font la promotion d’un « remède » à base d’artemisia qui pourrait protéger du nouveau coronavirus. Cette plante, utilisée notamment dans des médicaments antipaludéens, sert ainsi de base à une boisson : « Covid-Organics ». Est-elle vraiment efficace ? Le professeur Olivier Bouchaud, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l’hôpital Avicenne, répond. De leur côté des chercheurs malgaches émettent des réserves sur les propriétés du traitement préconisé par le président Rajoelina. 

Publicité

RFI : Qu’est-ce que l’artemisia et comment est-elle utilisée ?

Pr Olivier Bouchaud : C’est une plante assez courante qui a des vertus thérapeutiques. Certaines des espèces d’artemisia ont notamment des qualités antipaludiques et peut-être également contre d’autres infections et certains parasites. Il faut cependant différencier deux choses. Il y a tout d’abord des médicaments reconnus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui sont fait à base d’artemisia dont on a un contrôle complet de la quantité dans les comprimés ou les ampoules.On a donc une certitude de l’effet thérapeutique. Il y a également eu des circulations d’information, et même des publications au sujet de tisanes artisanales à base d’artemisia ; c’est-à-dire récoltée localement. Certaines personnes disent qu’elles ont la même efficacité que les médicaments reconnus par l’OMS.

Si c’était une vérité scientifique, on aurait donc une solution peu chère et souhaitable. Malheureusement, quand on l’utilise de façon artisanale, cela provoque des insuffisances thérapeutiques. Pour plusieurs raisons : selon le moment de l’année et la façon de récolter la plante, son efficacité n’est pas la même. La façon de la préparer a également un effet. Ces décoctions n’apportent donc pas de certitudes de guérison. Elles prennent même le risque de faire passer un petit peu de particules dans le sang qui seront ensuite en contact avec le parasite du paludisme. Celui-ci peut ensuite développer une résistance au vrai médicament à base d’artemisia.

Cette publication en question a été analysée par des méthodologistes, des chercheurs, qui s’intéressent à la façon dont les études sont faites. Ils ont pu apporter la preuve, et c’est désolant de le dire, que cette étude a été au minimum truquée. Les résultats apportés ne peuvent pas correspondre à la réalité d’une étude. On est en droit de se poser sérieusement la question de savoir si les données fournies correspondent aux données réelles.

► À lire aussi : Madagascar: le président présente son «remède» contre le coronavirus

A-t-on des données sur l’efficacité de l’artemisia contre le Covid-19 ?

Je n’ai pas d’éléments et je crois que personne n’en a qui permettent de penser que l’artemisia a un effet préventif sur le Covid-19. Je pense que l’amalgame a été fait sur la polémique qu’il y a autour de l’hydroxychloroquine et de la choloroquine en général – dont on n’a toujours pas la preuve d’action effective sur le Covid-19. Par extension, on a dû se dire que si l’hydroxychloroquine marche, l’artemisia pourrait peut-être marcher aussi. Mais il n’y a aucune donnée solide qui puisse appuyer cette hypothèse.

Il n’y a cependant pas de mal à en prendre ?

Prendre une tisane d’artemisia n’expose pas un risque particulier. Cela dit, c’est interrogeant que la plus haute autorité d’un pays propose un traitement préventif dont on n’a pas la moindre preuve qu’il puisse apporter quelque chose. On peut se dire « pourquoi pas ? » puisque ce n’est pas dangereux. L’inconvénient c’est que les populations qui vont adhérer à cette proposition et vont prendre de la tisane d’artemisia car elle a été recommandée par les autorités risquent de se croire protégées et ne plus suivre les mesures barrières. Alors que pour le coup, on a la preuve que c’est vraiment efficace. Par effet indirect, je crains que cette recommandation ait un effet contre-productif et inverse à celui souhaité.

► À lire aussi : Coronavirus à Madagascar: gêne des scientifiques après l’annonce du «remède du président»


« Remède du président » : premières réserves émises par les scientifiques malgaches

« Donner un médicament à un patient alors que les études cliniques sont en cours, est-t-il éthique ? », « Imposer un remède à un sujet sain pour prévenir d’une maladie est-il légal ? » À Madagascar, ce type de questionnement se fait de plus en plus audible sur les réseaux sociaux depuis que le président de la République a rendu obligatoire la prise de la décoction à base de plantes médicinales à tous les étudiants de classes de 3e et Terminale qui reprennent ce mercredi le chemin de l’école après un mois d’arrêt. Pour rappel, ni le nombre de personnes sur lequel ces remèdes ont été testés ni la composition de ces remèdes n’ont été révélés.

Mardi, pour la première fois, différents professeurs malgaches ont pris la parole pour exprimer leurs réserves et interpeller leurs confrères, les autorités ainsi que la population quant au remède promu par la présidence, rapporte notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud.

Mardi matin, dès l’aube, le communiqué de l’Académie Malagasy de Médecine, est relayé en boucle sur les réseaux sociaux. On peut y lire que « devant l’intention de distribuer des médicaments ou des tisanes, l’Académie déclare qu’il s’agit d’un médicament dont les preuves scientifiques n’ont pas été encore élucidées et qui risque de porter préjudice à la santé de la population, en particulier à celle des enfants », et rappelle au passage que, comme le stipule la loi malgache, « seuls les professionnels de santé au sein des formations sanitaires et non des structures administratives sont habilités à distribuer des médicaments ».

L’authenticité du communiqué est mise en doute. Des rumeurs de « faux document » circulent jusqu’à ce que le Dr Jean Rubis Andriantsoa, secrétaire perpétuel de l’Académie de Médecine, confirme la provenance de ce communiqué et donne les raisons de sa publication :

« Oui, il s’agit bien d’une déclaration officielle de l’académie officielle et signée par son président. Comment le comprendre ? Et bien cela dépend de celui qui écoute. Ça peut être une alerte, un conseil, une orientation ; nous sommes en train de nous réunir pour expliquer ce message aux yeux des usagers et des décideurs. »

De son côté, le Pr Stéphane Ralandison, doyen de la faculté de Médecine de Tamatave et chef du service de médecine interne au CHU de Morafeno, a livré une réflexion personnelle, qui a depuis été largement partagée sur son compte Linkedin. Une lettre ouverte, dans le but, dit-il, d’interpeller la communauté scientifique et d’encourager chacun à rester rationnel dans ses actions et décisions.

« Il y a des règles universelles à suivre si on veut valider une démarche qui se doit d’être également universelle dans la lutte contre un fléau mondial comme la pandémie du Covid-19. Avec la précipitation et les pressions de tous horizons, je trouve que nous brûlons un peu trop rapidement les étapes et c’est dans ce chaos qu’on a besoin de la science menée par des scientifiques. Bien sûr la science n’aura ni réponse ni solution à tout, mais elle dispose d’un certain niveau de preuves dans beaucoup de domaines et elle a le mérite d’être écoutée pour servir de balise et de ligne directrice dans les grandes décisions ayant un impact dans la vie de tous les jours », explique-t-il.

Celui qui est aujourd’hui confronté aux malades du coronavirus dans l’hôpital de Tamatave où il exerce poursuit :

« La médecine reste une science, qu’elle s’appelle médecine conventionnelle ou traditionnelle. Du moment qu’on veut prouver son efficacité ou imposer à un grand nombre d’individus différents, elle doit suivre des règles scientifiques et avoir une validité scientifique. Et parmi ces règles, il y a un dogme même qui est le primum non nocere qui veut dire " d’abord ne pas nuire " à la santé de son patient. Aucun médecin ne fera du mal volontairement à son patient, mais on peut le faire involontairement si on ne sait pas pourquoi on utilise un produit, si on ne sait pas quels sont les modes d’action du moins théoriques d’un produit, quels sont ses effets attendus et bien sûr quels sont ses effets indésirables attendus. »

Lundi, lors de la présentation du remède par le président de la République, le directeur général de l’Institut malgache de recherches appliquées, le laboratoire concepteur du remède, rappelait qu'il ne pouvait pas donner la composition du remède. Mais assurait dans le même temps que la toxicité et les effets secondaires de tous les produits conçus à l'Imra avaient été analysés et que ces médicaments étaient donc sans risque.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.