Accéder au contenu principal

La Convention citoyenne sur le climat remet ses travaux à Emmanuel Macron

Emmanuel Macron devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat à Paris le 10 janvier 2020.
Emmanuel Macron devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat à Paris le 10 janvier 2020. Yoan Valat/Pool via REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En France, les 150 citoyens de la Convention pour le climat tirés au sort ont travaillé pendant 8 mois, et ce lundi 29 juin ils remettent à Emmanuel Macron leurs propositions de mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40%, par rapport à 1990, d’ici 2030. Le président français s’était engagé au début de la convention à les transmettre « sans filtre », aux différentes instances.

Publicité

Se loger, consommer, produire et travailler, se nourrir, ce sont les thématiques qui sont traitées dans les propositions de la convention.

« En fait, toute la société est touchée par nos propositions. Il faut qu'au plus haut niveau de l'État, la transition écologique soit un moteur politique, soit un moteur d'action parce qu’autrement nous allons dans le mur. L’économie doit être au service de la transition énergétique », estime Hugues Olivier, l’un des citoyens.

Mais prendre en compte l’intégralité des mesures proposées par la convention et changer les priorités pourrait coûter cher, vont rétorquer certains. Ce n’est pas l’avis de Benoît Leguet, le président de l’Institut de l’économie pour le climat (I4CE), car si des mesures coûtent de l’argent, d’autres en rapportent.

« On a fait un chiffrage de ces mesures, explique-t-il. On arrive à un coût total annuel de 6 milliards d'euros par an pour les finances publiques pour les mesures des citoyens. Et pour ces 6 milliards que proposent les citoyens, c'est finalement d'avoir des bénéfices, c'est-à-dire une réduction des gaz à effet de serre, c'est de la pollution atmosphérique réduite, c'est un confort thermique parfois supérieur, etc. Et puis il y a peut-être de l'emploi à la clé. On voit là un coût finalement très modeste. On n'est pas sur un plan Marshall, on est sur un plan chirurgical et il n'y a plus qu'à le mettre en œuvre. »

Pour les citoyens de la Convention, le travail ne s’arrête pas à la remise des propositions à Emmanuel Macron, ils ont créé une association « les 150 », pour en assurer le suivi et la promotion.

À lire aussi : Écocide, voiture, alimentation: la Convention citoyenne pour le climat rend ses propositions

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.