Priorité Santé

Le sport c’est bon pour la santé... sauf si on le pratique mal !

Comment prévenir les blessures liées au sport ?
Comment prévenir les blessures liées au sport ? © iStock / martin-dm
9 mn

Chaque semaine, le Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport, présente sa chronique sport dans Priorité Santé. Cette semaine, il aborde les risques de l'activité sportive trop intensive et des mauvais gestes.

Publicité

Le sport est bénéfique pour la santé mais il peut également se révéler dangereux en cas de pratique trop intensive ou encore de mauvais gestes techniques.

La pratique intensive, c’est quand la personne ne respecte pas le temps de récupération nécessaire à son propre corps, selon la durée et l’intensité des séances.

L’accident peut alors survenir parce que l’on veut aller trop vite dans l’effort !

Par exemple :  La fracture de fatigue ! À force de foulées et de sauts, en athlétisme par exemple, les os du pied et du tibia notamment, subissent des microfissures. L’os est un tissu vivant qui normalement s’auto-reconstitue …. À condition qu’on lui en donne le temps... Sinon, il finit par se briser comme de la porcelaine !

L’excès de sport sans s’accorder de période de repos peut aussi avoir des répercussions sur le mental. Irritabilité, problèmes de sommeil ou de comportement sont autant de conséquences d’un déséquilibre entre activité et récupération.

 

Pour éviter ces désagréments, comment identifier la barre du "trop de sport" ? 

Il ne s’agit pas là d’une valeur absolue… L’excès de sport est à mettre en rapport avec ses propres capacités. Quelques conseils permettent tout de même d’éviter les risques d’excès :

  • Veillez à ce que votre pratique soit progressive dans la durée et l’intensité de la pratique !
  • La reprise d'une activité physique ne doit jamais être brutale. Les séances doivent s’enchaîner de manière progressive, que ce soit dans l’intensité ou dans la durée.
  • Dans la pratique sportive, on tolère généralement une modification de 10% de la charge de travail d’une semaine sur l’autre. Dans une semaine d'entraînement, on retrouve généralement 80% du temps de travail à intensité faible ou modérée  « tout en transpirant un peu, on doit être encore capable de parler » et 20% à haute intensité si vous souhaitez progresser. Si vous augmentez plus vite d’une semaine sur l’autre ou si votre temps de travail à haute intensité est plus important, vous augmentez le risque de vous blesser
  • Laisser passer 2 à 3 jours entre chaque séance pour être sûr de bien récupérer. Cela correspond donc à 2 ou 3 séances de sport / semaine.

 

Une pratique progressive c’est important pour éviter la blessure, mais pratiquer des bons gestes c’est aussi important !

En effet, outre l’intensité, c’est la qualité des gestes techniques qui sera importante pour éviter la blessure !

Pour un sportif amateur, la répétition de mauvais gestes ou postures risque d’entraîner des douleurs. L’atteinte du tendon, par exemple, survient notamment chez le joueur de tennis à cause d’une tenue de raquette inadaptée ou de l’utilisation d’une raquette trop lourde.

En cyclisme, les douleurs au niveau des genoux ou du dos sont souvent dus à un mauvais réglage de la selle du vélo.

Un mauvais geste technique en natation, associé à des plaquettes ou paddles trop grandes, peut accentuer le défaut technique et, à la longue, entraîner des tendinopathies au niveau des épaules.

Mieux vaut donc pratiquer des postures et des gestes techniques maîtrisés et appris avec un professeur qualifié et aussi utiliser du bon matériel, adapté à sa morphologie à son niveau sportif !

Important aussi de travailler sa posture, son équilibre et la tonicité de son corps en le renforçant par des séances de gainage notamment et/ou préparation physique pour éviter les atteintes des tendons, mal de dos, douleurs articulaires, entorses…

Le corps possède un seuil d’adaptabilité, il est capable d’emmagasiner les séances d’entraînement pour ensuite devenir plus fort. C’est là tout l’objectif de la pratique sportive, quel qu'il soit : stresser l’organisme, autrement dit le sortir de sa "zone de confort", le laisser récupérer pour qu’il puisse créer des adaptations et ainsi se renforcer.

L'un des moyens d’augmenter le seuil d’adaptabilité est la musculation. Un muscle plus fort, plus solide, sera capable de subir plus de sollicitations. Concrètement, on augmente la capacité d’entraînement et on diminue en même temps les risques de blessure

Profitez d'une reprise pour partir sur de bonnes bases, en écoutant votre corps et votre fatigue !

Retrouvez le site du Dr Jean Marc Sène en cliquant ici. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail