Covid-19: quelle efficacité pour les vaccins face aux variants ?

Centre de vaccination à Tel Aviv, le 9 février 2021.
Centre de vaccination à Tel Aviv, le 9 février 2021. AP - Ariel Schalit

Israël est le pays le plus avancé au monde dans sa campagne de vaccination face au Covid-19. Les effets commencent à se faire sentir dans le pays, malgré la présence sur place du variant britannique.

Publicité

Près des deux tiers de la population israélienne a reçu au moins une dose de vaccin. Parmi eux, 9 personnes sur 10 âgées de plus de 60 ans, dont 80 % ont même reçu les deux doses nécessaires. Un article de Nature reprennant une étude du ministère israélien de la Santé, montre que les premiers effets se font sentir : les courbes des nouveaux cas et des hospitalisations ont commencé à diminuer. Il faut néanmoins s'assurer qu'il ne s'agit pas d'un effet du troisième confinement en vigueur dans le pays. Cela ne semble pas être le cas : si l'on regarde par classe d'âge, on remarque que la courbe des personnes âgées, très vaccinées, diminue bien plus vite que celle des plus jeunes. Si cela était dû au confinement, elles auraient diminué au même rythme. La vaccination semble donc bien montrer ses effets.

Il y a pourtant eu une inquiétude en Israël, car cette diminution était attendue plus tôt. Cela s’explique par le fait que la campagne de vaccination a coïncidé avec une flambée des cas, notamment provoquée par l'émergence du variant britannique plus contagieux dans le pays. Cela n’a cependant à priori pas eu d'incidence sur l'efficacité des vaccins utilisés en Israël, en particulier celui de Pfizer/BioNtech à base d'ARN messager. 

Différents variants, différents vaccins

En effet, la question de son efficacité et celle des autres vaccins se pose face aux variants britannique, sud-africain et brésilien. La réponse ne sera pas la même en fonction du variant et du vaccin utilisé, car leur technologie diffère. « Les vaccins de type ARN messager et vecteurs viraux recombinants induisent une réponse immunitaire très importante, explique Brigitte Autran, professeure d’immunologie à la faculté de médecine Sorbonne Université. Elle est constituée à la fois d’anticorps et de cellules tueuses capables de détruire les cellules infectées. Les vaccins inactivés vont eux induire essentiellement des anticorps et pas de cellules tueuses. » Ces différences ne sont pas que techniques, elles ont une conséquence sur l’efficacité des vaccins, notamment face aux variants.

Pour le Britannique, les premières données sont rassurantes, et les vaccins actuels semblent suffisants. L’inquiétude est en revanche plus présente pour les variants sud-africain et brésilien, qui portent la même mutation problématique : E484K. Les données de l’essai clinique du vaccin développé par Novavax illustrent ce défi : « Il a donné d’excellent résultats de protection en Angleterre, de l’ordre de 90 %. En revanche, ce n’était que de l’ordre de 50 % en Afrique du Sud. Ce vaccin induit cependant essentiellement une réponse à base d’anticorps, et peu de cellules tueuses. On peut donc encore espérer que les vaccins de type ARN messager conservent une efficacité supérieure sur ce variant », analyse Brigitte Autran.

Espoir en laboratoire

Des travaux en laboratoire appuient cette hypothèse. Toujours dans Nature, une équipe de l’université du Texas publie des résultats obtenus in vitro sur l’effet du vaccin de Pfizer contre le variant sud-africain, et notamment sur la mutation E484K. L’efficacité observée est certes moindre, mais elle est toujours présente à un niveau jugé satisfaisant. Comme toujours avec des travaux réalisés en laboratoire, ceux-ci nécessitent cependant une confirmation sur le terrain. 

Enfin, en plus de la forte réponse immunitaire qu’ils induisent, les vaccins à ARN messager ont un autre grand avantage : cette technologie permet en effet de les mettre rapidement à jour pour faire face à l’émergence de variants, s’ils devenaient dominants. Ce n’est alors que le processus d’industrialisation et de distribution qui limitera leur disponibilité. 

► À lire aussi : Covid-19: résultats prometteurs pour le traitement d’Eli Lilly et autres nouvelles scientifiques

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail