Priorité Santé

Reprendre le sport après une infection

Le gainage est un exercice qui ne nécessite aucun équipement.
Le gainage est un exercice qui ne nécessite aucun équipement. iStock/visualspace

Chaque semaine, le Dr Jean-Marc Sène, médecin du sport, présente sa chronique sport dans Priorité Santé. Cette semaine, il explique comment reprendre le sport après une infection. 

Publicité

Selon les saisons, les maladies sont plus présentes et nous empêchent parfois de pratiquer les activités sportives favorites. Après être rétabli, comment reprendre le sport sans danger ? 

Une maladie infectieuse est une maladie provoquée par la transmission d’un agent infectieux ou d’un micro-organisme/virus, bactérie, parasite, champignon, protozoaire. Les virus de la grippe, de la gastro-entérite, ou encore de la rhino-pharyngite sont particulièrement actifs. Plus récemment, la COVID-19. Une bonne partie de la population subit ces infections. 

Même si l’activité physique augmente l’efficacité immunitaire, les sportifs ont eux aussi droit à leur lot de pathologies virales. Elles sont plus ou moins contagieuses et se manifestent par des épisodes grippaux pour les virus avec fièvre, maux de tête, manifestations ORL ou pulmonaires, douleurs musculaires et articulaires. Les tableaux cliniques sont toutefois variables bénins ou graves. 

Après une période de confinement et de guérison, le sportif n’a qu’une hâte, se remettre à l’entraînement et rattraper le temps perdu. Malheureusement, le corps humain est affaibli et peut garder des séquelles bénignes ou plus graves. 

  • L’appareil pulmonaire est affaibli suite aux inflammations des voies respiratoires. Il est en quelque sorte convalescent.
  • La fièvre a engendré des douleurs musculaires et tendineuses ainsi qu’une déshydratation.
  • Ne pas oublier que les traitements nécessaires peuvent avoir des effets secondaires.
  • Le cœur peut être touché dans certains cas graves et engendrer une myocardite virale déjà décrite. Les zones atteintes sont nécrosées et fibrosée et peuvent créer une mort subite. Pour le moment pas de cas lié au Covid-19. Mais méfiance !
  • Ne pas négliger l’aspect mental d’une reprise après confinement.

 

Quelle prévention conseillez-vous ?

Il n’existe pas de méthode miracle pour éviter les affections induites par les virus hivernaux, à commencer par la grippe. Néanmoins il est possible de limiter les risques avec quelques conseils simples. Les mesures basiques ont un rôle important en terme de prévention : lavage très régulier des mains, éviter les lieux publics confinés en période d’épidémie, port d’un masque chirurgical … etc.

 

La nutrition est un bon moyen de prévention. Il est notamment important d’éviter "d’encrasser" l’organisme avec des aliments toxiques et/ou inutiles : alcool, sucreries …etc. A ce titre, il faut noter que les repas de fête de fin d’année ont un impact négatif sur le tube digestif et prédisposent à l’apparition de pathologies diverses.

Pour renforcer l’immunité, pourquoi pas une bonne cure de probiotiques pour renforcer la flore intestinale.

Par ailleurs, les refroidissements agissent souvent comme le facteur déclenchant. Par conséquent, il est particulièrement important d’adopter une tenue adaptée pendant et surtout après l’entraînement. On prendra particulièrement soin de tenir au chaud les pieds, et la tête.

S’entraîner en intérieur en faisant du  gainage ou du home-trainer est une bonne idée quand les conditions météorologiques ne sont pas favorables.

Sur le plan de l’entraînement, il ne faut pas trop surcharger en période d’épidémie sous peine d’affaiblir fortement le système immunitaire, et d’augmenter le risque de tomber malade.

 

Comment reprendre l’entraînement ?

La reprise de l’entraînement est essentiellement conditionnée par l’évolution des symptômes. Une chose est certaine, la reprise doit être extrêmement progressive sous peine de rechuter.

En outre, il est vital de ne pas entreprendre d’entraînement de haute intensité trop précocement, (a fortiori si la fièvre est présente) sous peine de causer des dommages cardiaques irréversibles (myocardite).

Dans le cas où les symptômes ne sont pas associés à une quelconque fièvre (pathologie ORL, digestive…), il est possible de continuer à s’entretenir en veillant à ne pas aggraver les choses, donc on se limitera à des séances de courte durée, peu intensives.

Il est classique de compter un nombre de jour d’entraînement égal au double du nombre de jours d’arrêt, avant de retrouver son état de forme pré-maladie. Par exemple, il faudra deux semaines d’entraînement pour retrouver la forme initiale suite à un arrêt d’une semaine.

La reprise peut être aidé par un thérapeute (kinésithérapeute, ostéopathe…) ou un préparateur physique afin d’avoir un plan cohérent de reprise.

La bonne programmation des entraînements :

  • Phase d’échauffement longue et progressive pour la récupération des bronches qui ont été inflammées.
  • Renforcement musculaire (notamment gainage et travail postural) avec étirements divers (Pilates, Yoga…).
  • Travail sur l’équilibre et la proprioception.
  • Hydratation et nutrition.
  • Respecter les phases de récupération et de sommeil.
  • Préparation et récupération mentale avec des exercices simples.

Le médecin doit être consulté en cas de doute pour examen clinique et examens complémentaires si nécessaire.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail