Vaccins anti-Covid-19: la solidarité internationale au ralenti

Les pays riches ont commandé la moitié des doses de vaccins disponibles, alors qu'il n'hébergent que 16% de la population mondiale.
Les pays riches ont commandé la moitié des doses de vaccins disponibles, alors qu'il n'hébergent que 16% de la population mondiale. AP - Matt Rourke

C'est un anniversaire en demi-teinte pour l'OMS. Un an après son lancement, le dispositif  Accélérateur ACT de l'agence, dont fait partie le mécanisme Covax, tourne au ralenti. Il devait permettre aux pays en voie de développement de lutter contre le Covid-19 en leur garantissant un accès aux traitements et aux vaccins. Le bilan est plus que maigre. Et ce malgré l'envoi ce vendredi 23 avril par la France de 100 000 doses de vaccins AstraZeneca en Afrique de l'Ouest.

Publicité

Avec notre correspondant à Genève, Jérémie Lanche

Quelque 40 millions de doses de vaccins envoyés dans une centaine de pays. Force est de constater que les appels à la solidarité de l'OMS n'ont pas pesé autant que l'Organisation le souhaitait. Pas autant en tout cas que le nationalisme vaccinal dénoncé sans cesse par l'OMS.

Aujourd'hui, les pays riches ont commandé la moité des doses disponibles, alors qu'ils n'hébergent que 16 % de la population.

Dans un message vidéo adressé à l'OMS, Emmanuel Macron affirme que la France va donner 500 000 doses d'ici mi-juin. « La situation n'est pas satisfaisante, a déclaré le président français. On a une personne sur six qui a reçu au moins une dose de vaccin en Europe. et à côté de cela en Afrique, c'st moins d'une sur cent. C'est inacceptable. Tous ceux qui ont précommandé des vaccins, beaucoup de vaccins, la France en fait partie, l'Union européenne en fait partie, nous avons une responsabilité à l'égard du reste du monde. Le temps est venu de partager. »

► À lire également : Covid-19: pour sauver l'économie mondiale, les pays riches ne doivent pas accaparer les vaccins

Opposition sur les droits de propriété intellectuelle

La réalité est en fait plus crue. Dans certains pays riches, une personne sur quatre a été vaccinée. Dans d'autres, c'est une sur 500. Le don de la France ne suffira pas à faire oublier les 19 milliards de dollars manquants pour financer l'Accélerateur de l'OMS en 2021.

Autre paradoxe : l'opposition des pays riches, dont la France, devant l'OMC, à la suspension des droits de propriété intellectuelle dans le cadre de la luette contre le Covid-19, comme le demandent l'Inde et l'Afrique du Sud. Une demande formulée par ces deux pays l'an passé, soutenue par Médecins sans frontières et une centaine d'autres pays, afin de placer la vie humaine au dessus des profits des laboratoires pharmaceutiques notamment.

► À lire aussi : Covid-19: l’initiative Covax à la recherche de financement pour plus de vaccins

Tant l'OMC que l'OMS ont déploré l'inégal accès aux vaccins. La nouvelle directrice générale de l’OMC a récemment plaidé pour le développement d'accords de « licence volontaire » de fabrication de vaccins, comme l'a fait AstraZeneca avec le Serum Institute of India en Inde.

► À lire aussi : La bataille pour la levée des brevets sur les vaccins fait rage à l’OMC

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail