Rallye Monte-Carlo: Ogier en patron, Evans en embuscade

4 mn
Publicité

Gap (AFP)

Vainqueur de la moitié des spéciales pour le moment, Sébastien Ogier est en route pour remporter son huitième Rallye Monte-Carlo, mais le Britannique Elfyn Evans, monstre de régularité, le talonne à 13 petites secondes avant le dernier jour dimanche.

La journée a débuté une nouvelle fois parfaitement pour Ogier, offensif dès la première épreuve spéciale à 6h30. Le Français a confirmé qu'il était le plus fort dans l'obscurité et a repris la tête du classement général d'entrée à Evans, son coéquipier chez Toyota.

Malgré des problèmes de freins jeudi, une crevaison et un tête à queue vendredi, Ogier, septuple champion du monde, a remporté cinq spéciales sur dix et est en position de force avant les quatre derniers chronos dimanche dans ce Monte-Carlo à huis clos.

Et il a vu un rival redoutable, l'Estonien Ott Tänak, en 3e position après la 7e spéciale, abandonner après deux crevaisons lors des 8e et 9e spéciales samedi.

"Malheureusement nous devons abandonner le rallye car nous avons eu deux crevaisons et qu'une seule roue de secours. Aucun redémarrage possible dimanche (dernier jour du Monte-Carlo, ndlr) en raison des règles de l'événement", a indiqué le pilote Hyundai, champion du monde 2019.

Ce secteur du Monte-Carlo le long de la Durance à l'est de Gap ne réussit décidément par à Tänak, qui avait fait une sortie de route spectaculaire à plus de 180 km/h l'an dernier.

Mais Ogier n'a pas passé une étape parfaite samedi. Loin de là. Dans la deuxième spéciale du jour, à 1.000 mètres d'altitude en moyenne et sur la neige entre Saint-Clément-sur-Durance et Dreissinières (20,48 km), les cartes ont été redistribuées.

Sur la neige fraîche, les premiers partants étaient favorisés alors que les suivants patinaient sur une neige fondue en gadoue. Thierry Neuville, vainqueur l'an passé mais qui découvre tout juste son nouveau copilote, en a profité pour gagner sa première spéciale en 2021. Le Belge est 4e à un plus d'une minute d'Ogier mais n'a pas dit son dernier mot.

- "La spéciale la plus glissante de ma carrière" -

Dans la première spéciale "j'ai attaqué assez fort, c'était très piégeux. Il y avait deux-trois moments chauds avec des changements d'adhérence imprévisibles, des fines couches de glace sur du goudron très lisse", a détaillé Ogier.

Quand à la deuxième épreuve, "je pense que c'est la spéciale la plus glissante de ma carrière... on ne pouvait pas faire grand chose sauf rester calme et ne pas faire d'erreur pour ne pas perdre trop de temps", a-t-il expliqué.

Sur cette spéciale Ogier a perdu 42 secondes sur Neuville, mais il a regagné quatre secondes sur Evans, son principal adversaire.

Très régulier depuis le début du "Monte" jeudi, qui se déroule de manière inédite sans spectateurs à cause de la pandémie de Covid-19, le Gallois vice-champion du monde a ensuite remporté la troisième spéciale.

Sur le même tracé de 18,31 km que celle du matin juste au sud du Lac de Serre-Ponçon, avec les cols de Charamel et des Fillys puis une descente rapide, Evans a repris à Ogier 1,3 seconde.

Sous la neige qui tombe, les pilotes sont attendus à Monaco dans l'après-midi. Pas de col de Turini au programme cette année mais quatre spéciales dans l'arrière-pays niçois dimanche pour décider du vainqueur. Le duel continuera entre les deux Toyota, sans oublier la 3e: celle du jeune espoir finlandais de 20 ans Kalle Rovanperä, à 56,8 secondes du Français.