Cyclo-cross: et de quatre pour Van der Poel qui a ensablé Van Aert

3 mn
Publicité

Ostende (Belgique) (AFP)

Avantage à Mathieu van der Poel: le Néerlandais a endossé son quatrième maillot arc-en-ciel de cyclo-cross chez les élites au nez et à la barbe de son grand rival, le Belge Wout van Aert, ensablé dimanche sur la reine des plages à Ostende (Belgique).

Au palmarès de la discipline, le petit-fils de Raymond Poulidor et fils de l'ex-champion du monde Adrie van der Poel dépasse désormais son grand rival, avec quatre titres pour trois en faveur de Van Aert.

Ces deux-là font définitivement partie des grands duels du sport entre des garçons qui, outre leur domination sur le cyclo-cross (ils se sont partagé les sept derniers titres), ont déjà chacun remporté un monument sur route, à 26 ans seulement. Milan-San Remo pour le Belge, le Tour des Flandres pour son rival.

Dimanche à Ostende, il n'aura finalement manqué qu'un tout supplément d'âme pour faire de ces Mondiaux de cross un spectacle grandiose.

Les mouettes de la reine des plages se sont sans doute senties un peu seules alors que 30.000 spectateurs étaient attendus, pour un show finalement autorisé, mais à huis clos uniquement en raison des mesures sanitaires liées à la pandémie de Covid-19.

Pas de saveurs de saucisses grillées, ni d'odeurs de frites, mais bien des senteurs de souffre. "Sans le public, sans les fans, c'était étrange. On n'avait pas l'impression d'être à un championnat du monde", a relevé van der Poel. Mais, devant leur poste de télévision, les amoureux du cyclo-cross n'auront pas été déçus.

- Un week-end 100 % néerlandais -

Les supporters belges ont d'abord cru en la bonne étoile de leur champion. Dès le deuxième tour, Van Aert, récemment papa d'un petit Georges, créait la différence à la faveur d'une chute de son "meilleur ennemi" dans une partie boueuse de l'hippodrome d'Ostende.

La cause n'était pas entendue pour autant car une crevaison du Belge dans le troisième des huit tours d'un circuit sablonneux et rendu difficile par le franchissement d'un long pont de 165 mètres (à 21% de déclivité) allait redonner un nouveau scénario à la course.

"C'est le cyclo-cross. Il y a des chutes, des crevaisons, des incidents. Il faut parfois un peu de réussite", a commenté +VDP+. "La crevaison m'a permis de revenir mais la course n'était pas finie".

Sur ce contretemps, Van Aert perdait une dizaine de secondes puis accusait le coup. C'en était fini pour le vainqueur de la Coupe du monde. Et une voie royale s'ouvrait pour son rival.

"Je me suis senti fort sur le sable. Je me suis amélioré à chaque tour", a souligné le champion du monde en titre qui a conclu un week-end faste pour les "Oranje". Les quatre titres mis en jeu (espoirs et élites hommes et dames) sont partis aux Pays-Bas.