Open d'Australie: "Dans quel état vais-je débuter ?", s'interroge Nadal

Le N.2 mondial Rafael Nadal, en conférence de presse le 7 février 2021 à Melbourne
Le N.2 mondial Rafael Nadal, en conférence de presse le 7 février 2021 à Melbourne VINCE CALIGIURI TENNIS AUSTRALIA/AFP PHOTO /VINCE CALIGIURI / TENNIS AUSTRALIA
4 mn
Publicité

Melbourne (AFP)

Le N.2 mondial Rafael Nadal, qui a renoncé cette semaine à jouer l'ATP Cup en raison d'une douleur dans le bas du dos, a assuré dimanche, à la veille du début de l'Open d'Australie, qu'il jouerait bien ce premier Majeur de l'année, la question étant "dans quel état ?"

L'Espagnol, sacré une fois à Melbourne (2009), doit entrer en lice mardi contre le Serbe Laslo Djere (56e).

Q: Comment vous sentez-vous deux jours avant votre premier match de l'Open d'Australie ?

R: "Pas super, clairement. Sinon, j'aurais joué l'ATP Cup. C'est vrai que depuis 15 jours, j'ai mal au dos. J'ai commencé à ressentir des douleurs à Adelaïde (où il a passé ses 14 jours de quarantaine à son arrivée en Australie, ndlr) après le premier entraînement. Au début, ce n'était qu'un muscle un peu fatigué, mais ensuite les douleurs se sont accrues. Le muscle est plus raide que d'habitude. J'ai essayé aujourd'hui (dimanche) de refaire quelques services. Je fais tout ce que je peux pour être prêt. Je me dis qu'on est dimanche, qu'il me reste demain et que je dois jouer mardi. Je ne me dis pas que je ne jouerai pas. La question est +dans quel état vais-je débuter le tournoi ?+ Je me suis bien entraîné, pendant de nombreuses semaines, et je suis déçu de ce qui s'est passé ces quinze derniers jours. Toutes les sensations positives que j'avais il y a encore deux semaines et demie ont un peu disparu, parce que je n'ai plus pu m'entraîner comme il fallait. J'ai toujours des problèmes au dos, mais j'ai repris l'entraînement. Il n'y a rien de sérieux, mais le muscle est toujours raide et donc, à l'heure actuelle, il m'est difficile de jouer librement. Mon physio est là, les docteurs font tout pour m'aider. Parfois, les choses changent vite."

Q: Vous avez déjà joué, voire remporté, des Majeurs sans être à 100% physiquement. Est-ce différent cette fois ?

R: "On ne sait jamais ce qu'il va se passer. Mais effectivement, j'ai l'expérience de tout ça. Débuter un tournoi en ayant des problèmes, ce n'est évidemment pas l'idéal. Surtout un tournoi aussi exigeant que celui-là, au meilleur des cinq sets, et tout et tout... Il faut aussi voir ce qu'il va se passer, ou pas, dans les prochains jours. Tout ce que je peux faire, c'est de rester positif, travailler pour me remettre et espérer que mon état s'améliore. Nous verrons. Je ne peux pas en dire plus aujourd'hui (dimanche), parce que ce n'est pas une grosse blessure, mais c'est quelque chose qui dure. Evidemment, ça m'inquiète un peu."

Q: Comment voyez-vous la suite de la saison ?

R: "Il faut voir comment la situation (sanitaire) évolue. La priorité, c'est la santé. A mon avis, il faut avant tout que le monde assure au maximum sa sécurité. Il faut être très responsable dans toutes les décisions que nous prendrons, notamment dans l'organisation d'événements sportifs. En ce qui me concerne, mon objectif est toujours le même: essayer de rester compétitif à chaque match que je jouerai tout au long de l'année. Et puis voir jusqu'où ça me mènera."

Propos recueillis en conférence de presse