Mondiaux de ski alpin: qui veut gagner le parallèle?

La skieuse slovaque Petra Vlhova arbore sa médaille d'argent du combiné obtenue le 15 février 2021 aux Mondiaux de Cortina d'Ampezzo
La skieuse slovaque Petra Vlhova arbore sa médaille d'argent du combiné obtenue le 15 février 2021 aux Mondiaux de Cortina d'Ampezzo Andreas SOLARO AFP
3 mn
Publicité

Cortina d'Ampezzo (Italie) (AFP)

Proposées pour la première fois au programme des Championnats du monde, les épreuves parallèles individuelles femmes et hommes se disputent mardi à Cortina d'Ampezzo (Italie) sans de nombreuses têtes d'affiche.

- Le chiffre: 1 -

C'est la première fois que des épreuves parallèles sont disputées aux Championnats du monde. Un, c'est également le nombre de parallèles disputés cet hiver en Coupe du monde, à Lech (Autriche) en novembre.

Chez les hommes Alexis Pinturault avait battu Henrik Kristoffersen en finale, deux skieurs qui ont décidé de ne pas s'aligner mardi. L'épreuve, parfois décriée, arrive clairement au second plan des ambitions de la plupart des meilleurs mondiaux, qui enchaînent les disciplines. L'Américaine Mikaela Shiffrin ou la Suissesse Michelle Gisin font également l'impasse.

- Les favoris: Vlhova et Schwarz -

Pas évident de dégager des favoris pour ce format peu disputé. La Slovaque Petra Vlhova, victorieuse du seul parallèle de l'hiver, et skieuse en forme (2e du combiné lundi), se détache.

Chez les hommes l'Allemand Alexander Schmid apprécie le format (3e en novembre et 3e à Chamonix l'an dernier). L'Autrichien Marco Schwarz fait partie des rares "cadors" à s'aligner et arrive lancé par sa victoire probante sur le combiné lundi.

- Le format -

La Fédération internationale de ski (FIS) a modifié et fixé le format de l'épreuve après de nombreuses critiques.

C'est désormais une course typée "géant", et non plus slalom où les champions finissaient par aller tout droit en boxant les portes de façon un peu ridicule.

Après des qualifications, les skieurs s'affrontent dans le tableau final lors de matches aller-retour où ils emprunteront donc les deux pistes (la bleue et la rouge) pour une meilleure équité (l'une des deux est souvent légèrement plus rapide).

Le skieur le moins rapide lors du premier run s'élance en 2e manche en décalé avec le retard accumulé (au maximum 50 centièmes de seconde). Le premier à franchir la ligne se qualifie pour la suite.

- La décla -

"Une médaille reste une médaille. Mais il ne faut pas se mentir, une médaille sur une discipline reine, ce n'est pas la même saveur. Je ne m'entraîne pas toute l'année pour faire du parallèle (...) Le parallèle peut être sympa, il faut le faire à 100 % mais évidemment que pour moi, la course principale c'est le géant", explique le Français Mathieu Faivre.

Mardi 16 février, épreuves parallèles individuelles: qualifications à 09h00 (08h00 GMT), tableau final à 14h00 (13h00 GMT)