L1: Lille arrache la victoire face à l'OM et reste leader

Publicité

Villeneuve-d'Ascq (AFP)

Malgré une performance décevante, Lille a arraché la victoire face à une valeureuse équipe de Marseille (2-0) et a ainsi conservé in extremis son fauteuil de leader de Ligue 1, mercredi lors de la 28e journée.

Longtemps maladroit et parfois impuissant, le Losc a forcé la décision dans les toutes dernières minutes du match grâce à un doublé de son attaquant canadien Jonathan David (90e, 90e+2).

Il a d'abord profité d'une frappe de Jonathan Ikoné repoussée par Steve Mandanda pour ouvrir le score en renard des surfaces, avant de doubler la mise en contre avec de la réussite.

Trois jours après avoir été accrochés par Strasbourg (1-1), les Dogues, parfois inspirés mais souvent brouillons, ont évité de justesse une nouvelle désillusion.

Après cette 18e victoire de la saison, les Nordistes totalisent 62 points et devancent Paris, vainqueur à Bordeaux (1-0), et Lyon, qui a battu Rennes (1-0), respectivement de deux et trois longueurs.

La mauvaise opération de la soirée est pour Monaco, où Lille se déplacera lors de la prochaine journée, qui a cédé en fin de match à Strasbourg (1-0).

- Sous les yeux de McCourt -

Sous les yeux de son propriétaire américain Frank McCourt, en visite en France depuis lundi pour jouer l'apaisement, mais en l'absence de son nouvel entraîneur Jorge Sampaoli, arrivé mardi mais soumis à une "septaine" en raison de la pandémie de Covid-19, l'OM n'a pas été très inspiré mais a failli engranger un nouveau match nul flatteur, trois jours après celui contre Lyon (1-1).

Le technicien argentin a du pain sur la planche pour remettre sur les rails une formation qui n'a gagné qu'un seul de ses onze derniers matches de championnat et recule au 8e rang (39 points).

Pour son dernier match de championnat sur le banc de l'OM, Nasser Larguet, qui assure l'intérim depuis la mise à pied d'André Villas-Boas le 2 février, avait disposé son équipe en 4-3-3, le système de jeu qu'utilisait Sampaoli avec l'Atletico Mineiro. Florian Thauvin, Dimitri Payet et Arkadiusz Milik composaient ainsi le trio en attaque.

Comme souvent cette saison, le Losc a confisqué le ballon d'entrée et a imposé un gros pressing à son adversaire marseillais, qui a peiné à sortir de sa moitié de terrain.

Logiquement, les Nordistes ont rapidement inquiété Steve Mandanda, mais le gardien azuréen s’est montré vigilant sur une tête de Zeki Celik (5e) ou une demi-volée de Renato Sanches (14e). Puis il a été sauvé par Duje Caleta-Car sur un tir puissant de Benjamin André (17e).

- David omniprésent -

Mais petit à petit, les Phocéens ont réussi à se sortir du pressing, les Lillois se montrant moins précis et faisant preuve d'un déchet technique inhabituel. Boubacar Kamara a notamment mis Mike Maignan à contribution d'une frappe rasante (35e).

Après la pause, le scenario de la première période s'est reproduit avec des Dogues entreprenants et des Marseillais regroupés.

Ainsi, Weah a placé une superbe frappe enroulée que Mandanda a détournée en corner magistralement (55e), puis Jonathan David a trouvé le petit filet sur une frappe en pivot (56e) avant de se faire prendre le ballon in extremis dans la surface par Pape Gueye (60e).

Le Canadien, encore bien placé, s'est ensuite infiltré dans la surface avant de tirer sur le gardien phocéen dans un angle fermé (63e).

Pourtant, le Losc, comme lors de ses derniers matches, a semblé s'endormir et a peiné à se créer des occasions dans la dernière demi-heure. Marseille, de son côté, a plutôt bien défendu mais assez mal géré les quelques situations de contre qui se sont présentées.

Mais finalement, Lille a arraché grâce à l'omniprésent David une victoire capitale pour le moral et ses rêves de titre.