Tennis: Federer déjà battu à Doha, mais satisfait

Publicité

Doha (AFP)

"Je n'avais peut-être pas encore les ressources": le retour de Roger Federer après treize mois d'absence et deux opérations a été avorté dès son second match à Doha, jeudi face au Géorgien Nikoloz Basilashvili, mais le Suisse a relevé beaucoup de positif.

Le N.6 mondial, qui aura 40 ans en août, n'était visiblement pas remis de son premier match la veille face à Daniel Evans qui l'avait obligé à batailler trois sets et 2h24. Jeudi, il s'est incliné 3-6, 6-1, 7-5 devant le 42e mondial.

"Je reviens de tellement loin que je suis heureux d'avoir été capable de jouer deux matches coup sur coup en trois sets. Je ne suis pas encore à 100%, je le vois, je le sens. Mais l'objectif est d'être à 100% pour la saison sur gazon", a-t-il commenté.

Pour commencer, il doit décider "dans les 24 heures" s'il s'aligne à Dubaï la semaine prochaine.

Après avoir remporté avec assurance la première manche, Federer a perdu pied dans la deuxième. Commettant trop de fautes, dominé à l'échange, il a permis à Basilashvili de revenir dans la partie.

Dans la troisième manche, le Suisse a d'abord écarté plusieurs balles de break à 3-3 puis il s'est procuré une balle de match à 5-4 sur le service adverse.

Mais contrairement à la veille contre Evans où il avait nettement haussé son niveau de jeu et de prise de risque à la fin du troisième set, Federer en a semblé incapable face à Basilashvili.

- "Manque de peps" -

"Il me manque un peu de peps", a-t-il reconnu en soulignant avec satisfaction que son genou avait parfaitement tenu, en particulier au service.

"J'ai fait les bonnes choses, peut-être pas au plus haut niveau, peut-être que je n'avais pas encore les ressources, mais les intentions étaient les bonnes. Et ça, c'est bien", a-t-il insisté.

Car c'est le Géorgien qui a pris la mise en jeu de son adversaire pour mener 6-5 et servir pour le match. Il s'est procuré trois balles de match et a conclu sur la troisième.

"C'est incroyable, c'est un des plus grands joueurs de tous les temps. Ca représentait tellement pour moi de le jouer, il a toujours été mon idole", s'est réjoui Basilashvili qui affrontera vendredi l'Américain Taylor Fritz (33e) pour une place en finale.

Après sa demi-finale de l'Open d'Australie en janvier 2020 (perdue face à Novak Djokovic) et un match exhibition début février contre Rafael Nadal en Afrique du Sud, Federer avait décidé de subir une arthroscopie au genou droit qui le gênait depuis plusieurs années déjà. La suspension du circuit, une récupération plus compliquée que prévu et une seconde arthroscopie du même genou en mai l'ont conduit à couper complètement avec la compétition jusqu'à ce mercredi.

- "Bilan positif" -

"Le bilan est plutôt positif, a-t-il estimé jeudi soir. Les points forts de Basilashvili sont complètement différents de ceux d'Evans et c'est là que tu réalises à quel point le tennis est difficile. C'est bien sympa de battre un type de joueur, mais après il faut battre tous les types de joueurs sur toutes les surfaces, à différentes altitudes, avec différentes balles...", a-t-il commenté.

Le premier joueur à avoir décroché vingt titres du Grand Chelem (il a depuis été rejoint par Rafael Nadal) est apparu plein d'enthousiasme à Doha.

"Le tennis, c'est comme le vélo: je sais faire", avait-il assuré en conférence de presse avant le début du tournoi, en expliquant que sa seule incertitude concernait la réponse de son genou à l'enchaînement des matches.

En 2017, il était revenu à la compétition après six mois d'arrêt pour une arthroscopie du genou gauche. Dès son retour, il avait remporté l'Open d'Australie, son premier titre majeur depuis près de cinq ans, le 18e de sa carrière. Ce sacre, alors qu'il était retombé au 17e rang mondial, avait relancé complètement le Suisse qui était remonté l'année suivante au sommet de la hiérarchie mondiale et avait ensuite ajouté encore deux titres du Grand Chelem à son palmarès (Wimbledon 2017 et Australie 2018).