XV de France: "Un match qui fait grandir", estime Fabien Galthié

Le sélectionneur du XV de France, Fabien Galthié, avant le match des Six Nations contre l'Angleterre, à Twickenham, le 13 mars 2021
Le sélectionneur du XV de France, Fabien Galthié, avant le match des Six Nations contre l'Angleterre, à Twickenham, le 13 mars 2021 Adrian DENNIS AFP
Publicité

Londres (AFP)

La défaite cruelle en Angleterre (23-20), samedi à Londres lors du Tournoi des six nations, reste "un match qui fait grandir", a affirmé le sélectionneur du XV de France Fabien Galthié, en estimant que son équipe "apprend" encore.

Q: Quel est votre sentiment à chaud, la fierté d'avoir réalisé un bon match ou la déception d'avoir perdu dans les cinq dernières minutes?

R: "Les deux. Je pense que l'équipe a livré un grand match et puis il faut digérer le dénouement. Le match se joue une fois de plus dans les dernières minutes. On peut être fier des joueurs, fier de leur solidarité. C'est un match que nous voulions gagner et nous avons senti que nous pouvions le gagner. Il y a deux ou trois moments clés qui font qu'on aurait pu peut-être finir un peu plus confortablement même si sur la fin il y a une série de pénalités qui nous fait reculer en permanence et (des moments) où ils nous dépossèdent du ballon. On apprend, l'équipe apprend. Nous apprenons."

Q: Il vous a manqué l'expérience pour tuer ce match?

R: "On a la possibilité de construire le match différemment, notamment à la fin de la première mi-temps, où on a un très bon ballon, très bien porté et on se fait pénaliser à deux mètres de la ligne. C'est un ballon avec lequel on doit rentrer dans l'en-but. C'est dommage. Si on marque juste avant la mi-temps... Évidemment avec des si... D'habitude dans la zone d'occupation on est plus efficace mais là on y a laissé de l'énergie et des points aussi. On aurait pu sortir plus vite. Et la fin de match bien sûr où on est trop pénalisé. Des pénalités nous ont fait reculer et ont donné des ballons gratuits aux Anglais. Ils ont su utiliser ces ballons jusqu'au +pick and go+ d'Itoje. Il n'y avait pas énormément de rythme en deuxième mi-temps. Autant la première mi-temps était très rythmée, très intense, autant la deuxième mi-temps était plus saccadée. Ils ont réussi à aller chercher la victoire donc ils terminent mieux le match que nous. Je pense qu'on s'est laissé un peu griser. On y a laissé de l'énergie et des points."

Q: Cette défaite fait-elle plus mal que celle en Ecosse l'an passé?

R: "C'est très différent. En Ecosse, c'est un match où on joue à quatorze sur 50 minutes. On a fini loin des Ecossais. Là sur ce match, on est devant jusqu'à 3 ou 4 minutes de la fin. Il y a ce goût de la défaite très différent. Dans la construction, l'expérience, le vécu collectif, c'est différent. Mais cela fait partie des matches qu'il faut traverser bien sûr. Même si on prépare tous les matches pour les gagner, il faut vivre du mieux possible ces matches surtout s'en servir pour progresser. C'est notre douzième match (depuis la prise de fonction de Galthié fin 2019), le troisième à l'extérieur depuis le début du Tournoi. Il faut digérer ensemble ce résultat et basculer sur le match contre le pays de Galles. Ce match commence maintenant."

Propos recueillis lors d'une conférence de presse en visioconférence