C1: Benzema propulse Zidane et le Real vers les quarts

Publicité

Madrid (AFP)

Grâce notamment à un but de son irremplaçable sauveur Karim Benzema, le Real Madrid a éliminé l'Atalanta Bergame (3-1, aller: 1-0) mardi en 8e de finale pour permettre à Zinédine Zidane de retrouver enfin les quarts de finale de la Ligue des champions.

Le Real a d'abord souffert face à l'enthousiaste "Dea", venue jouer crânement sa chance à Madrid... mais l'inévitable avant-centre français a délivré Zidane et propulsé son équipe vers les quarts, en envoyant dans les filets italiens un ballon récupéré puis offert sur un plateau par Luka Modric (34e).

Le capitaine Sergio Ramos, revenu d'une opération au genou gauche la semaine dernière, a ensuite accru l'écart le score sur penalty (60e), avant le but inutile de Luis Muriel en fin de match (83e) et la réplique immédiate de Marco Asensio (85e).

Après deux campagnes européennes décevantes, c'est enfin la bonne pour "Zizou" : le Marseillais, triple vainqueur de la C1 entre 2016 et 2018 avec le Real, n'avait plus franchi le stade des 8es de finales depuis son retour sur le banc "merengue" en mars 2019 (défait par l'Ajax Amsterdam en 2019, puis par Manchester City en 2020).

Et ce sont ses deux hommes de main les plus fiables, absents à l'aller, qui lui ont offert cette nouvelle qualification.

La défense inhabituelle à trois centraux (avec Sergio Ramos, Raphaël Varane et Nacho) n'était pas une nouveauté, puisque Zidane avait déjà testé ce dispositif en 3-5-2 contre Elche samedi en Liga (succès 2-1) et contre Getafe début février (succès 2-0)...

Mais un pari tactique risqué dans un match couperet, alors que son équipe est rodée au traditionnel 4-3-3.

- "Aucun costume de sauveur" -

Heureusement, son sauveur Benzema (dans une forme étincelante depuis son retour de blessure au adducteurs début mars) lui a donné raison... Et aurait même pu saler l'addition sur cette double occasion de la tête (67e).

"Je n'ai aucun costume de sauveur", avait toutefois réfuté "KB9" lundi en conférence de presse.

"On est une équipe. Je joue à un poste où c'est moi qui dois terminer les actions. Donc tant mieux si j'arrive à aider mon équipe. (...) Je cherche toujours plus. Je prends toujours plus soin de moi, je m'entraîne toujours plus dur. Mon âge n'y change rien. Aujourd'hui, on voit beaucoup de joueurs jouer dans de grands clubs à très haut niveau jusqu'à 30, 34, voire 39 ans. Je suis préparé à ça. Et je vais continuer ainsi", avait-il affirmé la veille du match.

Distancée en championnat et éliminée de toutes les autres coupes, la "Maison blanche" peut donc s'accrocher à cette qualification pour montrer qu'elle tient toujours son rang sur la scène continentale.

Pour l'Atalanta, cette élimination constitue une petite désillusion... même si Gian Piero Gasperini et ses hommes la redoutaient, après le revers 1-0 au match aller avec l'expulsion prématurée de Remo Freuler.

La "Dea" aurait pu espérer mieux, tant elle a agressé le Real chez lui durant le premier quart d'heure, avec notamment une grosse occasion manquée par Robin Gosens devant Courtois (3e).

Mais c'est bien le Real, premier club espagnol qualifié pour les quarts, qui a signé son retour sur le devant de la scène européenne. Un coup de boost, avant le sprint final pour le titre en Liga ?