Patinage: sans Papadakis/Cizeron, Sinitsina/Katsalapov champion du monde de danse sur glace

Les Russes Victoria Sinitsina et Nikita Katsalapov, champions du monde de danse sur glace, le 27 mars 2021 à Stockholm
Les Russes Victoria Sinitsina et Nikita Katsalapov, champions du monde de danse sur glace, le 27 mars 2021 à Stockholm Jonathan NACKSTRAND AFP
Publicité

Paris (AFP)

Les Russes Victoria Sinitsina et Nikita Katsalapov ont été sacrés champions du monde de danse sur glace pour la première fois, en l'absence des Français Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, couronnés eux à quatre reprises, samedi à Stockholm, à un an des JO-2022.

Sinitsina et Katsalapov, également champions d'Europe 2020, se sont imposés avec un total de 221,17 points. Le duo russe a nettement devancé les Américains Madison Hubbell et Zachary Donohue (214,71), et les Canadiens Piper Gilles et Paul Poirier (214,35).

Face au calendrier chamboulé et incertain sous l'effet de la pandémie de Covid-19 depuis un an, Papadakis et Cizeron, vice-champions olympiques 2018, avaient annoncé courant janvier leur décision de ne pas patiner sur la glace suédoise et de se concentrer sur leur préparation olympique.

Leurs adversaires N.1, médaillés d'argent mondiaux derrière eux il y a deux ans à Saitama (Japon), en ont tiré profit au maximum.

En tête après la danse rythmique, ils ont confirmé avec un programme libre solide, récompensé d'un nouveau record personnel (133,02 contre 131,69). Ils ont aussi légèrement fait progresser leur meilleur score total (auparavant 220,42).

Il y a un peu plus d'un an, ce sont déjà Sinitsina et Katsalapov qui avaient infligé aux danseurs français leur premier revers depuis près de deux ans pour devenir champions d'Europe.

"Je suis tellement heureuse, je ne sais pas quoi dire, j'ai juste envie de sourire et de pleurer", a réagi Sinitsina.

"Je suis totalement vidé, c'est extraordinaire", a ajouté Katsalapov, en soulignant que "la seule chose qui (leur) a manqué, c'est le public".

Hubbell et Donohue montent pour la troisième fois sur le podium mondial, après l'argent déjà en 2018 et le bronze en 2019 ; Gilles et Poirier pour la première fois.

Troisièmes après la danse rythmique, les Américains Madison Chock et Evan Bates ont eux reculé au pied du podium (212,69).

Les deux duos français engagés s'étaient qualifiés pour la danse libre. Adelina Galyavieva et Louis Thauron se sont classés seizièmes (173,55), et Evgeniia Lopareva et Geoffrey Brissaud dix-septièmes (169,70).