Euro-Espoirs: Les Bleuets au rendez-vous du mois de mai

L'attaquant français Odsonne Edouard (c), félicité par son coéquipier, le milieu de terrain Matteo Guendouzi, après avoir marqué le 2e but contre l'Islande, lors de l'Euro-Espoirs, le 31 mars 2021 à Gyor (Hongrie)
L'attaquant français Odsonne Edouard (c), félicité par son coéquipier, le milieu de terrain Matteo Guendouzi, après avoir marqué le 2e but contre l'Islande, lors de l'Euro-Espoirs, le 31 mars 2021 à Gyor (Hongrie) ATTILA KISBENEDEK AFP
Publicité

Gyor (Hongrie) (AFP)

Mission accomplie et rendez-vous... fin-mai: L'équipe de France Espoirs a battu sans grande difficulté l'Islande 2-0 à Györ (Hongrie), se qualifiant mercredi pour les quarts de finale de l'Euro, où elle affrontera les Pays-Bas.

Les Bleuets terminent donc deuxièmes du groupe C, ils ont effacé leur défaite inaugurale face au Danemark et l'objectif est atteint. Mais ils n'ont confirmé que par bribes l'immense potentiel qu'on leur prête. La phase finale, remplie de grands noms (Allemagne, Espagne, Italie, Portugal...) sera encore d'un autre niveau.

Pour les Français, ce sera donc les Pays-Bas, le 31 mai à Budapest. Il y a quelques noms connus dans cette équipe, qui a devancé l'Allemagne dans le groupe A, comme ceux du Lillois Botman, du Parisien Bakker ou de Justin Kluivert, le fils de Patrick, passé par l'Ajax Amsterdam et l'AS Rome et aujourd'hui à Leipzig.

Depuis leur succès de dimanche face à la Russie (2-0), les joueurs de Sylvain Ripoll savaient qu'ils n'avaient qu'à battre l'Islande, une formalité a priori, pour être assurés de revenir en Hongrie à la fin du printemps.

Le début de match, tout de même, n'a pas été simple contre des Islandais féroces malgré le départ de quatre de leurs meilleurs éléments, qui ont rejoint la sélection A.

Mais malgré les hésitations du premier quart d'heure et une certaine lenteur, les Bleuets ont très logiquement fait parler leur considérable supériorité technique.

Dominant dimanche face à la Russie, Ikoné était cette fois bien pris, mais d'autres ont pris le relais, à l'image du capitaine Guendouzi, de nouveau titulaire et gonflé à bloc, ou de Badiashile, rayonnant derrière, dans le duel défensif comme dans la relance.

- Contrôle et maîtrise -

Après quelques manoeuvres d'approche sans danger, Guendouzi a finalement mis fin à la 17e minute à la résistance adverse en reprenant de près un centre en retrait de Claude-Maurice, bien lancé en profondeur par Dagba.

Peu avant la pause, à la 38e minute, Edouard a ensuite doublé la mise d'un joli ballon piqué après un nouveau service en profondeur, cette fois signé Maouassa. Avec 17 buts en 13 sélections chez les Bleuets, l'avant-centre du Celtic Glasgow continue à soigner ses statistiques, qui en font le meilleur buteur de l'histoire de cette équipe.

Deux buts d'avance à la pause, il n'y avait plus vraiment de suspense quant à la qualification des hommes de Ripoll, ni sur leur position dans le groupe C, puisqu'au même moment, le Danemark menait sur le même score contre la Russie et confortait sa première place (3-0 finalement).

La deuxième période n'a donc ensuite été que contrôle et maîtrise. Elle a permis à Ripoll de continuer à faire tourner son effectif, avec notamment une entrée tranchante de Camavinga.

Compte tenu de l'impressionnante qualité de cet effectif, cette qualification obtenue au bout de trois matches très inégalement maîtrisés n'a rien d'exceptionnel. Mais elle confirme après la demi-finale de 2019 que les résultats des Espoirs ont retrouvé une certaine normalité après des années de fiascos en tous genres.

Désormais, ils doivent aussi avoir de l'ambition. Leur Euro n'est pas fini, juste interrompu. La suite est dans deux mois, avec une liste qui sera certainement différente de celle de la première phase. Avec l'Euro des A, la phase finale de l'Euro-Espoirs puis les Jeux Olympiques, les équipes de France seront en tous cas très occupées à partir de fin-mai.