Tennis: Sabalenka se positionne, Zverev enchaîne à Madrid

Publicité

Madrid (AFP)

A trois semaines de Roland-Garros (30 mai-13 juin), la Bélarusse Aryna Sabalenka a confirmé ses excellentes dispositions du moment sur terre battue en s'offrant le tournoi de Madrid aux dépens d'Ashleigh Barty (6-0, 3-6, 6-4), deux semaines après s'être inclinée contre la N.1 mondiale en finale à Stuttgart (Allemagne).

La finale messieurs opposera dimanche (18h30) Alexander Zverev (N.6), tombeur de Rafael Nadal en quarts de finale (6-4, 6-4), puis de Dominic Thiem 6-3, 6-4 en demi-finales samedi, à l'Italien Matteo Berrettini (10e), nouveau venu à ce stade en Masters 1000, à 25 ans.

A 23 ans, Sabalenka va elle être recompensée de sa semaine madrilène, tout au long de laquelle elle a fait parler sa puissance brute, par une entrée dans le top 5 lundi, à la quatrième place précisément. Et elle se positionne inévitablement dans la perspective de Roland-Garros, même si elle n'a encore jamais dépassé les huitièmes de finale en tournoi majeur.

Pour Barty, lauréate du Grand Chelem parisien en 2019 et donc à Stuttgart fin avril, la série de victoires consécutives sur terre battue européenne s'arrête à seize.

En Allemagne déjà, Sabalenka avait gagné le premier set, avant de se blesser et de voir la N.1 mondiale renverser la situation et lui infliger au passage un 6-0 dans la deuxième manche.

- "Plus peur" -

La puissante Bélarusse (1,82 m) n'a pas laissé le scénario se reproduire dans la "Caja Magica" de Madrid. Cette fois, c'est même elle qui a foudroyé Barty 6-0 dans le set initial, en 25 minutes seulement.

Sa recette ? Associer prise de risque et réussite maximales. Dans le détail, elle tournait alors régulièrement autour de 190 km/h au service, a gagné 100% des points derrière sa deuxième balle dans cette première manche, et y a frappé onze coups gagnants pour seulement une faute directe.

Et si l'Australienne est parvenue à égaliser à une manche partout en faisant parler sa science tactique et son intelligence de jeu, slice de revers si déstabilisant en tête, c'est Sabalenka qui a eu le dernier mot. Elle a surgi au moment idéal, à 4 jeux partout dans le set décisif, et raflé les deux derniers jeux blancs.

Avant la finale, Sabalenka avait traversé le tournoi comme une fusée, avec seulement 18 jeux perdus en cinq matches, et une moyenne de plus de 28 coups gagnants par match.

S'il s'agit du dixième trophée de sa carrière, et de son deuxième de la saison après Abou Dhabi, c'est son tout premier sur terre battue (pour sa troisième finale).

Comment explique-t-elle son aisance nouvelle sur ocre ?

"Quelque chose a changé dans ma tête, je n'ai plus vraiment peur de cette surface", résume Sabalenka.

- Trois ans d'attente pour Zverev -

"Avant, je pensais que ce n'était pas une surface pour moi, que c'était très difficile avec les longs rallyes. Mais cette année, je suis plus relax, je joue juste mon jeu. Et je me suis vraiment bien préparée pour la terre battue, j'ai beaucoup travaillé mon déplacement, explique-t-elle. Je reste agressive, je dois juste remettre quelques balles de plus dans le court que sur dur."

Malgré sa première défaite en finale en 2021, après ses titres à Melbourne, Miami et Stuttgart, Barty n'en affiche pas moins une solide préparation sur terre battue.

Dans le tableau masculin, Zverev s'est lui hissé en finale sans perdre le moindre set.

Après Nadal la veille, sa victime du jour s'appelait Thiem. L'Autrichien disputait son tournoi de reprise après avoir pris du recul avec le circuit pendant deux mois, entre vertige ressenti après son premier sacre en Grand Chelem à l'US Open 2020 et usure mentale face aux restrictions sanitaires.

"Ca a été une bonne semaine pour moi jusque-là. Mais le travail n'est pas terminé", commente Zverev, en quête d'un premier trophée en Masters 1000 depuis 2018 - à Madrid déjà -, de son quatrième au total.

En soirée, Berrettini (10e) a lui dominé 6-4, 6-4 le jeune Norvégien Casper Ruud pour s'inviter en finale, deux semaines après son titre obtenu à Belgrade.

Il devient ainsi le troisième Italien finaliste en Masters 1000 après Fabio Fognini en 2019 à Monte-Carlo, et Jannick Sinner à Miami début avril.