JO de Tokyo: la visite du président du CIO prévue mi-mai ajournée à cause du virus

Publicité

Tokyo (AFP)

Une visite au Japon ce mois-ci du président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach, a été reportée en raison de la recrudescence de la pandémie de Covid-2019, a déclaré lundi le comité d'organisation des Jeux olympiques de Tokyo.

Le voyage de M. Bach était prévu les 17 et 18 mai, ont précisé les organisateurs qui ont "décidé de le reporter en raison de diverses situations, notamment la prolongation de l'état d'urgence lié au virus" par le gouvernement japonais.

Les JO doivent s'ouvrir dans 74 jours (23 juillet-8 août).

L'état d'urgence, qui est moins strict au Japon que les confinements imposés dans d'autres pays du monde, a été prolongé jusqu'au 31 mai dans les départements du pays les plus touchés par la pandémie, dont celui de Tokyo.

Selon des médias japonais, les organisateurs des Jeux olympiques prévoient de reprogrammer la visite de M. Bach en juin.

Seiko Hashimoto, la présidente de Tokyo-2020, avait déjà prévenu vendredi qu'il serait "très difficile" d'organiser une visite en mai du président du CIO compte tenu de la prolongation de l'état d'urgence.

La crise sanitaire au Japon a été beaucoup moins virulente jusqu'ici que dans de nombreux autres pays, avec environ 10.800 décès officiellement recensés depuis début 2020.

Mais le programme national de vaccination progresse très lentement, et certains départements japonais ont enregistré ces dernières semaines des niveaux record d'infections au Covid-19, la propagation de variants aggravant la situation.

Le gouvernement japonais et les organisateurs des JO de Tokyo insistent sur le fait que l'événement, reporté d'un an en 2020 à cause du virus, pourra malgré tout se dérouler "en toute sécurité" cet été.

Mais tous les sondages depuis des mois montrent que la plupart des Japonais sont favorables à une annulation ou à un nouveau report.

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga s'est retrouvé sur la défensive lundi, insistant au Parlement sur le fait qu'il n'avait "jamais fait passer les Jeux olympiques en premier" et que sa priorité restait "la vie et la santé des Japonais".