Hand: le PSG doit jouer son quart aller à Kiel "comme si c'était le match de la qualification", selon Prandi

Publicité

Paris (AFP)

"Il faut jouer ce match comme si c'était le match de la qualification, pour ne pas se faire peur ou courir après le score", assure l'arrière gauche du Paris SG Elohim Prandi, avant le quart de finale aller de la Ligue des champions à Kiel mercredi.

Q: Quelle est l'importance de ce match aller à Kiel, sachant que vous aurez l'avantage du terrain au retour le 19 mai?

R: "C'est un match à l'extérieur à Kiel et c'est toujours compliqué d'aller chercher une performance là-bas. Kiel est champion d'Europe en titre. On prendra l'ascendant psychologique si on fait un bon résultat au match aller. Derrière pour le match retour, on sera à domicile, et on aura normalement le retour d'un peu de public. Ça joue aussi psychologiquement. Le but c'est de gagner les deux matches. Il faut jouer ce match comme si c'était le match de la qualification, pour ne pas se faire peur ou courir après le score, au cours de cette double confrontation."

Q: Quelle sera la clé face à Kiel, qui avait surpris au Final 4 fin décembre en remportant le titre en finale contre Barcelone?

R: "Aujourd'hui, on sait que Niklas Landin (le gardien de Kiel) est un facteur très important à prendre en compte dans un match. Si les joueurs ne sont pas efficaces devant le but, on sait que derrière, il peut maintenir le score. Il ne faut surtout pas le laisser +prendre feu+. C'est ce qui s'était passé pour Barcelone fin décembre, et c'est ce qui a permis à Kiel de faire champion. Avec un gardien qui fait 15 à 20 arrêts, généralement on ne perd pas le match. On sait qu'il va faire des arrêts, maintenant il va falloir éviter qu'il en fasse 15."

Q: Où pourrait se faire la différence, sachant que Sander Sagosen, joueur majeur de Kiel, est très incertain?

R: "Ça va surtout se jouer psychologiquement, à celui qui voudra plus écraser l'autre et se mettre un peu plus à l'abri pour le match retour. Ce premier match va être déterminant. En attaque, ils ont de bons finisseurs, ça joue à l'allemande, ça croise, c'est impactant, ça fait mal. Sander Sagosen a une capacité à trouver des solutions, des un-contre-un où il gagne souvent le duel, il a une grosse efficacité au tir. C'est le joueur majeur de l'équipe de Kiel. Sans lui, ce n'est pas pareil. Nous, avec Luc Steins au milieu, on a quelqu'un qui aime jouer les montées de balle à fond. Il prend les espaces là où il faut, quand il faut. C'est un petit gabarit très mobile, très rapide, face aux gros gabarits de Kiel, ça peut vraiment faire déjouer leur défense."

Propos recueillis par Thomas BACH