Roland-Garros: Osaka va boycotter les médias pour préserver sa santé mentale

La Japonaise Naomi Osaka lors du tournoi de Rome, le 12 mai 2021
La Japonaise Naomi Osaka lors du tournoi de Rome, le 12 mai 2021 Filippo MONTEFORTE AFP/Archives
Publicité

Paris (AFP)

Naomi Osaka a annoncé qu'elle ne participerait à aucune conférence de presse au cours du tournoi de Roland-Garros afin de préserver sa santé mentale, provoquant jeudi l'incompréhension et la colère des organisateurs.

"Je ne répondrai à aucune question de la presse pendant Roland-Garros", a écrit la N.2 mondiale sur Twitter.

"J'ai souvent eu le sentiment que les gens n'avaient aucun égard pour la santé mentale des sportifs et cela me frappe à chaque fois que je vois une conférence de presse ou que j'y participe", a ajouté la joueuse de 23 ans, lauréate de quatre tournois du Grand Chelem.

"Souvent, on nous pose des questions qu'on nous a déjà posées de nombreuses fois ou des questions qui nous font douter et je ne vais pas me soumettre à des personnes qui doutent de moi", a-t-elle poursuivi.

Cette sortie a déplu au président de la Fédération française de tennis (FFT) organisatrice du Majeur parisien.

"C'est une erreur phénoménale et ça montre à quel point, aujourd'hui, il faut que dans notre sport il y ait une gouvernance forte. Ce qui se passe là n'est pas, à mon sens, acceptable. Il y a des règles, des lois, on va s'y cantonner pour les pénalités, les amendes, mais au-delà de ça, c'est le tennis qu'on veut promouvoir", a lancé Gilles Moretton.

"On ne comprend pas trop. Au fil du tournoi, on va voir comment elle va se comporter. Je ne sais pas quelle sera son attitude dans les jours qui viennent, mais ça n'envoie pas un message très positif", a ajouté le directeur du tournoi Guy Forget en regrettant le manque de solidarité d'Osaka en situation de crise sanitaire.

D'après les règlements de la WTA et de l'ATP, les joueurs sont tenus de se rendre en conférence de presse après chaque match sous peine d'amende. Ils ont aussi des obligations médiatiques avant les tournois.

"Je crois que toute cette situation revient à frapper une personne à terre et je ne comprends pas le raisonnement derrière tout ça", a déclaré Osaka.