US Open: Medvedev avance au quart de tour

New York (AFP) –

Publicité

Serein, sûr de sa force et clinique, Daniil Medvedev a avalé l'obstacle britannique Daniel Evans (27e) pour caracoler en quart de finale de l'US Open, dimanche à New York, contrairement à l'Argentin Diego Schwartzman surpris par un Néerlandais inconnu, Botic Van de Zandschulp.

Le Russe, qui est avec l'Allemand Alexander Zverev (4e) le principal concurrent de Novak Djokovic, en quête d'un Grand Chelem calendaire historique plus réussi depuis Rod Laver en 1969, a comme lors des trois tours précédents passé moins de deux heures sur le court Arthur-Ashe. Une heure et 43 minutes précisément, pour s'imposer 6-3, 6-4, 6-3.

Face à un adversaire qu'il rencontrait pour la première fois et qui, à défaut de vraiment le contrarier, a proposé un tennis plaisant, fait de nombreuses montées à la volée, Medvedev en a profité pour bien s'escrimer en passings et lobs.

Dire que le match a ressemblé à une séance de sparring pour le finaliste de 2019 serait trop sévère à l'endroit d'Evans, mais ce dernier est tombé sur bien plus fort.

"Maintenant, je veux juste parvenir à nouveau en finale, pour me créer un autre souvenir (que celle épique d'il y a deux ans perdue contre Rafael Nadal, ndlr), et espérons-le, un bien meilleur", a dit le Russe, souriant mais déterminé.

- "Pas de mots" -

Après un premier set saignant, redoutable au service (13 aces), il n'a concédé qu'une fois son engagement, permettant à Evans de débreaker dans le 2e set pour revenir 3-3. Mais la main du Britannique soudain devenue peu tremblante a aussitôt été punie par l'imperturbable Medvedev qui a empoché la deuxième manche.

Au troisième set, toute résistance ayant disparu en face, Medvedev a déroulé tranquillement. Une démonstration de force impressionnante, qui devrait en faire l'immense favori du quart devant l'opposer mardi au Néerlandais Botic Van de Zandschulp.

Van de... qui ? La question ne cessait d'être posée dans les travées de Flushing Meadows à propos du 117e mondial, inconnu des non-initiés, qui s'est peut-être fait un nom en créant la surprise aux dépens de Diego Schwartzman (14e).

"Je n'ai pas vraiment de mots pour dire ce que ressens", a confié, ému, le héros du jour, qui participe à l'US Open pour la première fois.

Le joueur de 25 ans, issu des qualifications, qui avait déjà eu le scalp au 2e tour d'une autre tête de série, le Norvégien Casper Ruud, s'est imposé 6-3, 6-4, 5-7, 5-7, 6-1, au terme d'un scénario improbable.

- Solide Svitolina -

Mené deux sets à rien, Schwartzman, qui l'affrontait de fait pour la première fois, a été souvent débordé par les coups gagnants (53 contre 30 au total) de son adversaire, excellant notamment dans un registre de contre-attaquant et qui s'est montré très efficace à la volée (38 réussies sur 48).

L'Argentin, quart de finaliste à Flushing Meadows en 2017 et 2019, a ensuite retrouvé de la grinta pour se rebiffer et empocher les deux manches suivantes, non sans avoir sauvé deux balles de match dans la quatrième.

Le momentum allait-il définitivement changer ? Pas le moins du monde, puisque Van de Zandschulp a maintenu la pression dans le jeu et l'Argentin a craqué sous celle-ci, au bout de 4h19 d'un spectacle qui a ravi le Louis-Armstrong.

Elina Svitolina victorieuse de Simona Halep à l'US Open, le 5 septembre 2021 à Flushing Meadows
Elina Svitolina victorieuse de Simona Halep à l'US Open, le 5 septembre 2021 à Flushing Meadows MATTHEW STOCKMAN Getty/AFP

Plus tôt, Elina Svitolina (5e) s'était la première qualifiée pour les quarts chez les dames, en écartant 6-3, 6-3 Simona Halep (13e). Lauréate du tournoi de Chicago il y a une semaine, l'Ukrainienne est en forme puisqu'elle en est à neuf succès consécutif sur dur.

"Je suis heureuse de cette victoire, c'est un grand match de ma part, car je savais que Simona était une grande guerrière", a commenté la médaillée de bronze aux Jeux olympiques de Tokyo, sous les yeux de son époux Gaël Monfils en tribunes.

Svitolina, demi-finaliste de l'US Open en 2019, affrontera au prochain tour l'Allemande Angelique Kerber (17e) ou la Canadienne Leylah Fernandez (125e), tombeuse surprise de Naomi Osaka au tour précédent.